L’opération «Amani Kamilifu» lancée pour traquer les FDLR2 Commentaires

Par admin
Posté le 18 Fév 2012 à 12:00

Une opération conjointe Forces armées de la RDC/Monusco, baptisée «Amani Kamilifu» (Paix parfaite, en français) et menée pour traquer les rebelles hutus des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), a débuté depuis mercredi 15 février dans les territoires de Shabunda, Mwenga, Kalehe et Kabare (Sud Kivu).

Cette opération a pour objectif d’obliger les rebelles rwandais à consentir à un rapatriement dans leur pays d’origine.

Selon des sources proches des FARDC, «Amani Kamilifu» constitue une réponse à diverses attaques récentes de ces combattants contre les populations locales qui se déplacent en masse au Sud-Kivu, fuyant l’insécurité.

L’opération a commencé par des missions de surveillance et de reconnaissance aérienne des zones où opèrent les FDLR pour collecter des informations avant que les FARDC se déploient dans le territoire de Shabunda.

Mais avant son lancement, des militaires FARDC ont été sensibilisés sur le traitement à accorder aux enfants et aux éléments FDLR qui vont se rendre.

Des messages ont été lancés notamment dans les médias locaux pour demander aux FDLR de participer au processus de rapatriement volontaire.

Des composantes civiles de la Monusco ainsi que les sections des droits de l’Homme, de la protection de l’enfant et des affaires civiles vont aussi participer à l’opération Amani Kamilifu.

Ces composantes travaillent ensemble pendant ces opérations pour prendre en compte toutes les conséquences qui découleraient des affrontements et alerter les humanitaires pour une assistance éventuelle.

Selon l’accord passé avec les FARDC et la Monusco, la mission onusienne va apporter son soutien aux militaires congolais qui vont, eux, mener des actions sur terrain

@RadioOkapi

 

Lire aussi:
Publicité

2 Commentaires

  1. LE BON

    pourquoi les f drl ne veulent pas rentrer chez eux??????il y a moyen de les sensibiliser?????.
    mais tot ou tard ils rentreront.congo ne pas leur pays

Laissez un commentaire