18 soldats mutins jugés en audience foraine dans le Sud-Kivu0 Commentaires

Par admin
Posté le 14 Mai 2012 à 2:16

KINSHASA – Dix-huit soldats sont jugés depuis vendredi en audience foraine à Uvira, dans l’est de la République démocratique du Congo, pour avoir déserté les rangs des Forces armées début avril dans la province instable du Sud-Kivu, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Des soldats des FARDC au Nord-Kivu. Photo @Monusco

Il y a 18 prévenus, dont 16 sont présents et deux sont en fuite: le colonel Saddam Edmond Ringo et le lieutenant-colonel Eric Ngabo, dit +Zaïrois+, a déclaré à l’AFP le colonel Freddy Mukendi, premier président de la cour militaire de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu (est), et qui préside l’audience foraine à Uvira.

Les audiences foraines sont des audiences publiques, généralement en plein air, où la population peut témoigner.

Les prévenus, tous défendus par des avocats, se sont rendus ou ont été rattrapés par l’armée. Ils appartiennent aux ex-rébellions du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) ou des Patriotes résistants congolais (Pareco). Les deux jugés par contumace sont ex-membres des Pareco.

Parmi les chefs d’inculpation: incitation et participation à un mouvement insurrectionnel, désertion en bande armée, insubordination, démoralisation des troupes, incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline, sabotage -c’est-à-dire la destruction des armes et des munitions destinés aux opérations militaires, a énuméré le colonel Mukendi.

Quelques-uns sont poursuivis pour des infractions de droit commun, comme le meurtre, l’extorsion et l’escroquerie, commis après qu’ils aient fait défection, a précisé le magistrat.

Pour la plupart, ces infractions commises pendant que sont en cours des opérations (militaires) -notamment les opérations de traque des (rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda) FDLR- sont punies par la peine de mort, qui n’est plus appliquée et est commuée en prison à perpétuité ou une peine maximum de détention, a souligné le colonel Mukendi.

Les prévenus qui se sont rendus pourraient, à l’appréciation du juge, bénéficier de circonstances atténuantes.

Interrogé sur la raison des audiences foraines à Uvira, à une centaine de km au sud de Bukavu, le colonel a déclaré: Parce que beaucoup de témoins sont de ce coté, qu’il n’est pas toujours évident de les faire venir à Bukavu (…) et que cela peut avoir un effet dissuasif sur les autres militaires.

Début avril, plus d’une dizaine d’officiers supérieurs de l’ex-CNDP, intégrée dans l’armée en 2009 après des accords de paix avec Kinshasa, ont déserté avec quelques centaines d’hommes dans les provinces instables et voisines des Nord et Sud Kivu (est).

Les soldats ex-rebelles, dont la majorité aurait plus tard rejoint leurs unités ou se serait rendue, sont proches du général Bosco Ntaganda, l’ex-chef d’état-major du CNDP recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d’enfants soldats.

Il est aussi recherché par Kinshasa, qui le juge responsable des combats qui ont commencé le 29 avril dans le Nord-Kivu, et opposent des soldats loyalistes et des mutins ex-CNDP.

(©AFP / 12 mai 2012 22h01)

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire