Nord et Sud-Kivu

Le Rwanda propose sa médiation pour régler le conflit au Nord-Kivu

Par RFI

En République démocratique du Congo, après deux semaines de combats, le Rwanda a proposé sa médiation ce week-end pour tenter d’obtenir un règlement à l’amiable du conflit au Nord-Kivu. Les ministres rwandais et congolais de la Défense se sont rencontrés côté congolais sur la rive nord du lac Kivu. Kigali propose d’aider à trouver une issue pacifique sans l’utilisation de la force militaire.

C’est une solution politique négociée que Kigali propose à Kinshasa pour régler la situation actuelle dans le Nord-Kivu. Le ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarebe, l’a dit clairement à son homologue congolais Alexandre Luba Ntambo, dimanche, dans la préfecture rwandaise de Gisenyi.

 

C’est donc désormais clair : Kigali offre sa médiation entre le pouvoir congolais et la nouvelle rébellion du M23 dirigée par le colonel Makenga ex-CNDP (ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple). Des bons offices qui devraient aussi être profitables au général fugitif Bosco Ntaganda recherché par la CPI (Cour pénale internationale) et accusé par Kinshasa d’être à la base des nouveaux affrontements dans le Kivu.

 

Quelle pourrait alors être la réponse du gouvernement congolais qui, de l’autre côté, subit des pressions internationales pour arrêter le général Bosco Ntaganda et le livrer à la justice internationale pour des crimes de guerre commis en Ituri ? On attend de voir si, au nom de la paix à l’est, Kinshasa, qui dit avoir le dessus sur les insurgés, acceptera de négocier et de ce fait aussi d’abandonner la traque contre Bosco Ntaganda.

Nord et Sud-Kivu
Le Nord et le Sud Kivu a l'Est du Congo

 

 

Pour rappel…

parce que la mémoire est une faculté qui oublie!

 

Le Rwanda entame une médiation entre Kinshasa et l’ex-général Laurent Nkunda

AFP,  15 mai. 07 – 10h34

 

KIGALI, 15 mai 2007 (AFP) – Le Rwanda a accepté d’assurer une médiation entre Kinshasa et l’ex-général congolais Laurent Nkunda, basé dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) et qui a menacé de retirer ses troupes de l’armée régulière, faisant craindre le risque d’un nouveau conflit.

« Le Rwanda a accepté d’assurer cette médiation à la demande des deux parties. Ce processus dépendra de la volonté de toutes les parties concernées de rejoindre la table de négociations », a affirmé à l’AFP lundi soir le porte-parole de l’armée rwandaise, le major Jill Rutaremara.

Selon lui, cette médiation entre le gouvernement de Kinshasa et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), mouvement politico-militaire de M. Nkunda, vise à mettre fin aux violences dans l’est de la RDC, région frontalière du Rwanda.

Une délégation du CNDP, conduite notamment par son responsable politique Patient Mwendanga, et une délégation du gouvernement de Kinshasa ont séjourné la semaine dernière à Kigali, selon des sources concordantes. Elles ont été reçues par le chef d’état-major de l’armée rwandaise, le général James Kabarebe.

Le major Rutaremara s’est refusé à donner des détails sur cette rencontre.

« C’est une affaire entre Congolais. Tout ce qui se fait actuellement est basé sur l’initiative et la volonté des deux parties », a-t-il affirmé.

Le Rwanda assure cette médiation, alors qu’il est intervenu militairement en RDC en 1996 et 1998, avant de retirer officiellement ses dernières troupes en 2002.

M. Nkunda, lui, est un ancien officier tutsi congolais issu d’une ex-rébellion soutenue par le Rwanda pendant la dernière guerre en RDC (1998-2003). Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour des crimes de guerre commis par ses hommes en 2004.

Il a passé en janvier 2007 un accord avec Kinshasa pour intégrer ses hommes dans l’armée congolaise. Mais il a dénoncé le 9 mai l’échec de cette intégration.

Depuis début 2007, cinq brigades « mixées » de l’armée congolaise, constituées pour moitié de fidèles à M. Nkunda, ont été déployées dans la province congolaise du Nord-Kivu (est), où elles ont mené des offensives contre des rebelles hutus rwandais et où les exactions contre les civils ont décuplé.

 

Texte distribué par:

 

Mwalimu Kadari M. Mwene-Kabyana, Ph.D.
2311 rue Centre
Montréal (Québec)
Canada

H3K 1J6
Tél. (514) 937-2362
Fax (514) 937-9693

4 réflexions au sujet de « Le Rwanda propose sa médiation pour régler le conflit au Nord-Kivu »

  1. Les congolais sont chassées de leurs villages et ces habitations sont remplacés par des rwandais soyons un peu sérieux.
    Où aviez vous déjà vu une personne vivre dans des camps de fortune dans son pays??????.
    Tout ces actions sont planifiés par la MONUSCO et ces alliées américains,européens.
    Cet homme JAMES il est aujourd’hui ministre de la défense au Rwanda.
    Il a changé de nationalité,NKUNDA,BOSCO NTAGANDA,pareil .
    La CNDP est une invention de KAGAME,financier par KIGALI avec l’argent du minerais pillé en RDC.
    Si KABILA se sent incapable de diriger le Congo qu’il nous laisse ce pays en paix car il ne peut pas prétendre être président alors qu’il ne l’est pas.
    Il n’a pas des capacités à tenir un état,ce n’est pas une question d’être contre ni pour c’est visible .
    tout ces gens JAMES,NKUNDA,BOSCO NTAGANDA sont des rwandais
    Alors le rwandais veut s’impliquer parce que les rwandais sont mis en cause en RDC
    Nos politiques sont de grand corrompus mais tout ces femmes,hommes,enfants qui meurent aux KIVUS sont des Congolais non des Rwandais.

    Il y a un temps pour tout,il est grand temps que nos peuples congolais partout où nous soyons,nous devons lutter contre ces impunités,

    1. Merci ! Mr. MAMPASI je vote pour votre proposition nous devons lutter nous les vrais Conglais, c’est notre pays et non de leurs,tout complot contre la RDC sera nul et sans effet.

  2. Je ne vois pas de quelle droit le Rwanda peut s’ingérer dans des problème congolais.
    On ne peut pas avoir la mémoire courte en agissant sans se rendre compte de la suite.
    Cet homme JAMES ,il fût un moment chef des armées au Congo avec AFDL;
    Cet homme avait laissé ces ordres à NKUNDA.
    Cet homme avec l’appui de KAGAME et KABILA avaient proposé au gouvernement naïf de Kinshasa BOSCO NTAGANDA.
    Le Congo n’est la Russe , KAGAME et lessiens ne peuvent pas continuer à prendre des gens comme des imbéciles.
    On veut arrêter une personne qui a massacré,violé,pillé,le Rxwanda veut s’interposer comme fût le cas de NKUNDA qui fait aujourd’hui partidu service sécret de KAGAME;
    Il faut que KAGAME sache qu’il aura un après KAGAME en ce moment que nous congolais regréerons le compte rwandais.
    Aujourd’hui la communauté internationale ferme les yeux et personne en parle
    La MONUSCO complice de tout ces crimes et massacres.
    Les CONGOLAIS sont chassés de lleur villa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *