Sud-Kivu : le commandant des FARDC dément la présence des militaires burundais en RDC

Un quartier d'Uvira
Un quartier d’Uvira..

Le commandant des Forces armées de la RDC chargé des opérations militaires au Sud-Kivu, le colonel Delphin Kahimbi, dément la présence de l’armée burundaise sur le sol congolais. Il réagissait lundi 8 octobre, à la clôture de sa mission à Uvira aux rumeurs faisant état de l’infiltration d’un grand nombre de militaires burundais entrés illégalement sur le territoire congolais pour traquer les rebelles des Forces nationales de libération du Burundi (FNL).

« Donc il n’y a pas de deploiement militaire des forces burundaises sur le sol congolais. L’armée burundaise ne traverse pas le sol congolais quand elle veut pour traquer les rebelles des FNL au Congo », a déclaré le colonel Delphin Kahimbi.

La population de Kimuka à 30 kilomètres de Sange dans le territoire d’Uvira au Sud-Kivu a affirmé, vendredi 5 octobre,  que des militaires burundais ont traversé la frontière de la RDC dans la nuit de mercredi à jeudi 4 octobre vers 17 heures locales.

Selon le colonel Kahimbi, il s’agit des équipes de renseignement congolaises qui sont au sein des unités burundaises pour faciliter la coordination entre la RDC et le Burundi.

Une équipe de l’armée burundaise est tombée dans une embuscade jeudi 4 octobre à Uvira, faisant deux morts dont un officier burundais. Les FARDC ont capturé trois des assaillants.

Le commandant des FARDC affirme que cette embuscade visait ces équipes de renseignements parce qu’ils sont tombés sur le lieu où les munitions et les armes des assailants étaient cachées.

« Je confirme qu’il y avait 5 agents burundais chargés de vérifier les renseignements qui ont été fournis par les capturés au Burundi qui faisaient état de la cache d’armes vers Mutarule de quelques munitions et effectivement nous sommes tombés sur les armes des FNL qui sont cachés au bord de la rivière Luberizi grâce à cette mission », a déclaré le colonel Delphin Kahimbi.

La RDC et le Burundi ont signé à Nairobi au Kenya un mécanisme de vérification conjointe de renseignements à leur frontière commune, a-t-il précisé.

« Les opérations militaires conjointes qui sont menées c’est entre les deux armées et c’est dans le respect de l’espace territorial », a ajouté le colonel Delphin Kahimbi

 

@RadioOkapi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *