février 23rd, 2013

Le patron de la Monusco accuse le M23 de procéder à des recrutements forcés notamment des mineurs.

Posté le 23 Fév 2013 à 9:53

Le chef de la Monusco, Roger Meece, a déclaré, vendredi 22 février, devant le Conseil de sécurité des Nations unies que la rébellion du M23 « a consolidé son administration et sa structure au Nord-Kivu ». Ce mouvement rebelle qui sévit dans cette province depuis le mois de mai 2012 est actuellement en pourparlers avec le gouvernement congolais à Kampala en Ouganda.

« Dans le Nord-Kivu, la plus grande menace continue d’émaner du M23. Depuis leur prise de Goma suivie…