Les Territoires de Shabunda, Kalehe, Kabare et Walungu souffrent de FDLR et de Mai-Mai Raia Mutomboki0 Commentaires

Par admin
Posté le 15 Fév 2013 à 12:31
Population fuyant les FDLR

Population fuyant les FDLR

Bukavu, le 15 février 2013 (caritasdev.cd) : La multitude de groupes armés au Sud-Kivu et leur fort activisme ont provoqué une situation sécuritaire très volatile, notamment depuis le début du 2ème semestre 2012. L’activisme des groupes armés Raïya Mutomboki et des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) en particulier, a eu un impact important sur la détérioration de la protection des civils dans les Territoires de Shabunda, Kalehe, Kabare et Walungu, indique le bulletin humanitaire provincial de OCHA pour le Sud-Kivu (en revue 2012), parvenu à caritasdev.cd.

465.700 personnes ont été déplacées entre janvier et décembre 2012. Comme les années passées, les mouvements de population sont en grande partie dus à l’activisme des groupes armés et aux opérations militaires. Au total, 842.500 personnes déplacées ont été enregistrées au total au Sud-Kivu  l‘année dernière. Plus de 95% des personnes déplacées sont hébergées par des familles d’accueil, ce qui accroît la vulnérabilité de ces familles hôtes, renseigne le Bureau de OCHA  au Sud-Kivu.

Plus de 37.700 personnes ont été enregistrées comme retournées dans leurs milieux d’origine en 2012. Le total cumulé des retournés lors des 18 derniers mois s’élève à 332. 588 personnes dans la province, poursuit le bulletin.

Au cours des 12 derniers mois, le Territoire de Kalehe a été le plus affecté par les déplacements avec 55% des 464.700 personnes déplacées entre janvier et décembre 2012 (255 755 personnes), précise le document.

Les acteurs humanitaires relocalisent leurs équipes et la population fuit suite aux affrontements armés dans le Territoire de Kalehe

Cette situation est aggravé par l’accès aux zones où se trouvent ces déplacés, à cause de l’insécurité. Cela ne facile pas le travail des ONGs qui voudraient bien assister ces compatriotes déplacés. Ainsi, certains acteurs humanitaires ont décidé de relocaliser leurs équipes dans la zone de Kalonge, dans le Territoire de Kalehe, à la suite des affrontements entre l’armée nationale et le groupe Raia Mtomboki. Ces combats affectent les activités humanitaires au point où d’autres acteurs ont dû suspendre leurs déplacements dans la zone, indique une note d’information de OCHA/RDC, datée du mercredi 13 février dernier, parvenue à caritasdev.cd.

En outre, l’insécurité engendrée a provoqué le déplacement des populations, notamment vers Chaminunu et Mule. Leur nombre n’est pas encore connu. La situation dans la zone demeure précaire en raison de la présence du groupe armé Raia Mtomboki à proximité des villages et des risques d’affrontements entre ce groupe et l’armée nationale.

Les acteurs humanitaires continuent tout de même à fournir des efforts pour apporter de l’aide à tous ces déplacés et même aux familles d’accueil. C’est ainsi que, par exemple, en matière de sécurité alimentaire, le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué 166 tonnes de vivres pour 10.000 membres des familles d’accueil à Kalonge et Bunyakiri (Territoire de Kalehe) via l’ONG partenaire Organisation inter-églises de coopération au développement (ICCO), dans la semaine du 4 au 9 février 2013. Ces familles hébergent des personnes déplacées depuis le mois de Janvier 2012 en provenance des Hauts et Moyens Plateaux de Kalehe, des territoires de Shabunda et Kabare et du Territoire de Walikale (Nord-Kivu).
Guy-Marin Kamandji

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire