Ces déplacés de guerre ne le méritent pas0 Commentaires

Par Radio Kivu1 Goma
Posté le 17 Mar 2013 à 9:20

Ces déplacés de guerre ignorés Il y a parfois des déplacés de guerre non recensés, ignorés de tous, inconnus, loin de des organisations humanitaires et de l’Etat Congolais. Ces déplacés se sont improvisés dans des coins parfois inaccessibles ou à côté d’un autre camp pour déplacés déjà plein de monde.

camp de mugunga

camp de mugunga

Au camp de Mugunga KISOKO vivent 2.567 personnes sans assistance. En près de quatre mois déjà 26 cas de viols de femmes ont été constatés. Des vielles personnes venues des territoires troublés de Rutchuru, de Masisi et même de la province du Sud-Kivu en territoire de Kalehe s’entassent dans des bâches sans toitures. Le président de ce camp de déplacés oubliés, Bosco Ntachupenzi explique que c’est un calvaire pour les femmes.Une femme venue de Ngungu en territoire de Masisi, pour survivre imagine un champ de haricot qu’elle a créé entre les cases du camp .

Cette autre femme avec ses deux enfants vivent dans une bâche sans toiture. Elle vit un calvaire du froid des nuits interminables. Un cauchemar répétitif sans espoir d’un lendemain meilleur.Une vielle femme de 75 ans n’a pas mangé depuis un certain temps. Son seul repas c’est de l’eau du lac à l’hygiène déplorable. Elle n’a même pas de toilette. Elle est venue de Kibumba à une dizaine de kilomètres au Nord de Goma où les deux factions du M23 se battent depuis deux semaines.Toutes les personnes de ce camp de fortune ne réclament que la paix afin de retourner chez elles.

Au-delà de toute aide dans cette promiscuité, la honte de devenir quémandeur pendant qu’ils cultivaient les champs dans leurs villages où ils vivaient en toute quiétude avant la guerre ; est une humiliation inacceptable.

Bosco Ntachupenzi, président de ce camp de Mugunga KISOKO à 20 kilomètres à l’Ouest de Goma ne demande qu’une seule chose : La PAIX et la JUSTICE pour ces 2.567 âmes qui méritent une attention comme ailleurs.

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire