juin 18th, 2013

Bukavu : affamés, des enfants ne respectent plus leurs parents

Posté le 18 Juin 2013 à 3:36

Incapables de nourrir leur famille, certains parents des quartiers populaires de Bukavu au Sud Kivu, n’arrivent plus à se faire respecter par leurs enfants. Ceux-ci gagnent comme ils peuvent de quoi survivre et souvent aider leurs proches. Mais ils sont souvent entraînés à voler par des groupes de bandits.

« Je ne veux plus jamais te revoir dans ma maison », tonne Nkama contre son fils de 14 ans qui a passé la dernière nuit à la belle étoile. « Je m’en fous. Vous ne me donnez plus rien à manger….

Au Congo, des fruits nutritifs mais dédaignés par la population

Posté le 18 Juin 2013 à 2:24

Pourtant abondants, les fruits sont très peu consommés à Kisangani comme au Sud Kivu, en dépit de leurs qualités nutritionnelles reconnues. Habitude, ignorance ou pauvreté, les producteurs et les commerçantes préfèrent les vendre aux étrangers et aux gens aisés.

« Une papaye mûre, ils préfèrent la donner aux cochons que de la manger. Ils vendent tout… et achètent des morceaux de viande boucanée pour accompagner le fufu de manioc ou du riz », constate Manganda Mbeku, chef de la localité Bangboka, non loin de Kisangani en Province orientale qui…

Kinshasa : manger un jour sur deux ou trois

Posté le 18 Juin 2013 à 1:58

Dans cette famille de Kinshasa, enfants et parents ne mangent parfois qu’un jour sur deux ou trois. Depuis que le père a perdu son emploi et la mère son commerce, la misère a remplacé l’aisance. Malou, la mère impuissante mais digne s’est aujourd’hui réfugiée dans la prière. Rencontre.

C’est une mère de famille complètement dépassée, absente d’esprit mais présente de corps qui nous reçoit assise sur une chaise en plastique sous un manguier dans sa parcelle, entourée de ses petits-enfants en pleurs. Ce dimanche 9 juin, personne n’a mangé depuis la veille. Et ce n’est pas la…

Goma : entre information contrôlée et rumeurs

Posté le 18 Juin 2013 à 10:49

Les vrais débats se font rares dans les médias de Goma, qui ne donnent presque plus la parole aux voix discordantes. Du coup, les habitants accueillent avec avidité tracts et affichage des partis d’opposition. Avec le risque de se fier, là aussi, à des informations partiales, voire de simples rumeurs.

Une information plus équilibrée : c’est ce qu’a souhaité Lukeka Bin Miya, président provincial de l’Union nationale de la presse congolaise, face à un parterre de journalistes réunis le 3…