La balkanisation de la RD Congo et le partage de ses richesses0 Commentaires

Par admin
Posté le 24 Juin 2013 à 10:37

Une vérité : le jour où le Congo sera debout, toute l’Afrique s’élèvera avec lui.

APRÈS CE CHAOS PERMANENT DANS LEQUEL A BAIGNE MON PAYS LA RDC, JE PENSE ET DIT CECI, CE CHAOS EST UNE CHANCE ET DONC JE RÊVE D’UN CONGO UNI, FORT, PROSPÈRE ET SOLIDAIRE.

congo mines

De la RDC, on aura tout entendu :

Pour les uns, la RDC se vante « trop » de ses grandes richesses sans les partager aux autres. C’est cela la cause principale de la guerre qui sévit à l’Est de ce grand pays au cœur d’Afrique.
Pour d’autres encore, la RDC s’enferme « trop » sur elle-même. Elle ferait mieux d’ouvrir ses frontières et de ne pas être esclave de la Conférence de Berlin. Elle ferait mieux de s’intégrer dans des organisations sous- régionales de tous les pays qui lui sont frontaliers si elle veut éviter toutes sortes d’agressions.
Pour certains enfin, la RDC est « trop » grande. Elle doit être scindée en morceaux pour qu’elle soit bien administrée. C’est le plan macabre de la Balkanisation.
Mais au fond des choses, il y a la convoitise des richesses de la RDC qui prend le dessus sur tous les alibis évoqués ci-haut. Derrière tout cela, c’est l’éternel problème du « PARTAGE » des richesses de la RDC aux autres pays : frontaliers d’abord et lointains ensuite.
Question : comment partager les richesses de la RDC aux autres quand les fils et filles de ce pays n’en bénéficient même pas voici déjà plus cinquante trois ans après son indépendance? La charité bien ordonnée, ne commence t- elle pas par soi-même ? Ce n’est pas le Congolais qui a été le premier à dire qu’on est mieux servi que par soi-même.
Alors que je cogitais, je suis tombée sur une parole d’un homme d’Église : le feu Archevêque de Yaoundé, Monseigneur JEAN ZOA. Sa parole m’a touchée au plus profond de moi-même, une parole lumineuse et d’une clarté éblouissante, plus pure que le Crystal. Je me suis interdit de la garder pour moi-même. Je vous la partage :

« Le bonheur d’un chrétien consiste à PARTAGER
Or, pour partager, il faut AVOIR
Pour avoir, il faut PRODUIRE ABONDAMMENT
Et pour produire abondamment, il faut TRAVAILLER RATIONNELLEMENT ».

Pour faire clair : aussi longtemps que le Congolais ne travaillera pas rationnellement, il ne pourra pas produire abondamment et, par voie de conséquence, il ne pourra pas non plus avoir de quoi partager ni à ses propres fils ni aux voisins. Cette loi est lumineuse… J’ai fait cette découverte après mes études en économie. Une vérité jamais connue auparavant.
Que celles et ceux qui croient que partager est synonyme de se transformer en un « distributeur automatique » de ses biens aux voisins doivent désormais calmer leurs appétits inassouvis, toujours plus grandissants et laisser les congolais suivre pas à pas cette voie de cet homme d’Eglise. Le Congo ne refuse pas de partager aux autres ses richesses. C’est possible d’y arriver. C’est question d’organisation interne.
Une vérité : le jour où le Congo sera debout, toute l’Afrique s’élèvera avec lui. Ce sera le réveil d’un géant et ça va faire mal ! On va traiter d’égal à égal avec « eux ». On fixera nous-mêmes nos prix pour nos biens à exporter. Une peur bleue se profile à l’horizon. Et pour tout bloquer, on crée à la RDC des guerres à temps et à contretemps, en utilisant certains des ses propres fils pour quelques billets des banques.
Le secret du bonheur est ici dévoilé : Travailler rationnellement, produire abondamment, avoir et partager. Demain, meilleur il fera au Congo. Un jour, tout redeviendra bon. Si longue que soit la nuit, le jour viendra… Je rêve d’un Congo Uni-Fort-Prospère et Solidaire.

Résultat d’une longue réflexion partagée avec Hugues Mambo

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire