Un cercle vicieux dans la guerre du Congo. Guerre-Dialogue-Intégration2 Commentaires

Par admin
Posté le 06 Juin 2013 à 12:02

« La guerre sera longue et populaire… Nous allons exporter la guerre d’où elle est venue… ». Ces paroles, que je cite de mémoire, ne sont pas miennes. Elles sont du feu président Laurent Désiré Kabila.

Mzée Laurent Désiré Kabila

Mzée Laurent Désiré Kabila

Dans ma misère des guerres à répétition au Kivu, je me retrouve en train de réfléchir à haute voix et je me dis:
Si l’on prend seulement la période allant de 1997 à 2013, cela fera plus de 15 ans que cette partie de la RDC est en mal de délivrance avec des guerres à répétition trainant derrière elles leurs chapelets de souffrances et de misère: déplacement des populations, mort d’hommes, viols, pillage des ressources du sol et du sous- sol congolais, la liste n’est pas exhaustive. Le constat est clair : plus de 15 ans de manque de paix, c’est trop LONG ! Seulement voilà : elle n’est pas encore devenue populaire, cette guerre. Qui dit populaire, dit ce qui appartient au peuple et qui concerne tout le peuple sans exception aucune. Cette guerre sera populaire, le jour le peuple congolais saura en termes clairs le pourquoi de ces guerres à répétition au Kivu. Il me semble que la vérité sur ces guerres à plusieurs visages n’est pas à la portée du peuple, si bien que certains n’hésitent pas à qualifier ces guerres à répétition de la « guerre de l’EST » comme si l’Est n’était pas une partie intégrante de la RDC. On regarde cette guerre de loin… on fait semblant de cotiser quelques effets en natures ou en billets de banque… mais on ne s’y intéresse guère… Cette guerre sera populaire, le jour où elle prendra un nouveau visage et une nouvelle appellation : « LA GUERRE DU CONGO ». Le jour où nos vaillants combattants des Fardc sauront pourquoi ils doivent « verser leur sang », la donne changera sur les lignes de front. Cette lourde tâche revient tout d’abord à celui qui dirige la RDC … il ne lui suffit pas de dire timidement au peuple : « mobilisons-nous ». Il faut encore qu’il « popularise » cette guerre qui n’a fait que trop durer au Kivu.
Ceux qui nous font gratter le mur, les deux voisins impénitents, maintes fois accusés, mais qui se frottent les mains et rejettent tout en bloc. Ils jouent au sapeur pompier après avoir allumé le feu, ils font semblant d’être des arbitres et des facilitateurs. Même si on leur propose, en le suppliant, de dialoguer avec leurs rebelles, ils font la sourde oreille. Ces attitudes s’expliquent du fait que leurs rebelles, à eux, se trouvent en dehors de leurs frontières et pas même un centimètre carré de leurs territoires n’est occupé par aucun rebelle. Il faut alors que le Congo fasse tout ce qui est à son pouvoir pour leur renvoyer leurs rebelles. Une fois dans leurs territoires, ils sauront l’importance du dialogue avec les rebelles. Deux moyens pour y arriver : Ou la RDC repousse ces rebelles étrangers au-delà de ses frontières en ouvrant le feu sur eux, ou on leur trouve un couloir, un accès facile pour retourner dans leur patrie. C’est cela « exporter » la guerre d’où elle est venue… Et pour le faire, il n’est pas besoin de piétiner chez le voisin. On leur expédier ce qui leur appartient. A chacun ses rebelles ! A César ce qui est à César !
Il me faut conclure cette réflexion : On peut donner au congolais un milliard de dollars par la Banque Mondiale, ou même plus. On peut lui promettre autant de Brigade pour « neutraliser » les rebelles qui écument le Kivu, mais le Congolais n’a pas une dose de nationalisme en lui, s’il lui manque une dose de patriotisme dans son sang, tout cela ressemblera ni plus ni moins qu’à un coup d’épée dans l’eau. Et la suite ? Bonjour le « cercle vicieux » ! Toujours à la case du départ : guerre-dialogue-intégration.

Réflexion partagée CH. F et Hugues Mambo. Goma.

Lire aussi:
Publicité

2 Commentaires

  1. Tukumombo

    C’est une fiction de guerre , il y a un agenda caché dont Les Rwandais sont complice , soit se faire victime enfin d’avoir gain de cause, une portion de terre pour eux seul dans un pays ou territoire qui ne leurs appartient pas? il s ont tout épuisés :mensonge, fausse rébellion, etc Voilà un malheureux Colonel à Bukavu arrêté lors des affrontements des étudiants Tutsi avec des Congolais soit disant qu’il disait aux Rwandais de rentrer chez eux, maintenant il est aux arrêts . il n’a pas tué, ni violé, ni volé or les violeurs , tueurs, voleurs sont libre et on négocie avec eux. Honte au pouvoir de Kinshasa, jusqu’à quand allez-vous caressés les Rwandais ou les Congolo-Rwandais dans le sens des poils, cad tout Congolais qui ose leur cracher la vérité en face est arrêté? Qu’on relâche ce Colonel Monsieur Marcellin Chichambo, Monsieur Muyez , et ceux qui ont une petite parcelle de pouvoir dans ce pays , trop c’est trop. Nous sommes informés ce colonel s’appelle Assani Bwansolu. s’il n’est pas empoisonné déjà.

Trackbacks

Laissez un commentaire