Général OLENGA : « Ni Kampala, ni New-York, ne pourront terminer cette guerre… »1 Commentaire

Par Hugues Mambo
Posté le 06 Août 2013 à 8:15

On ne saura jamais avec exactitude la date à laquelle une vidéo postée sur You Tube depuis le 4 août 2013, et qui fait le tour du monde, a été enregistrée. Ce que l’on sait, c’est que cette  vidéo authentique. Elle est très courte et ne dure, en tout et pour tout, que quarante cinq secondes seulement. L’on y voit un général des forces armées de la Rdc et pas de moindre : le général François Olenga, celui-là même qui a été nommé depuis le 23 novembre 2012 comme le chef d’Etat major de la force terrestre.   Il avait pris un air très sérieux et parlait avec fermeté en pesant de tout son poids chacune de parole qui sortait de sa bouche. Il regardait droit dans les yeux du journaliste qui voulait à tout prix tirer les vers de son nez. Facilement, on pouvait imaginer la question posée au général : c’est celle  qui consistait à savoir quelle analyse il faisait de la situation sur le terrain des combats opposant les Fardc aux rebelles du M23. Vêtu de sa tenue bariolée, sa tête couverte d’un béret vert, ses passants rouges arborés de quatre étoiles de général d’armée sur chacune de ses épaules. Droit dans ses bottes, le général François Olenga a déclaré avec détermination ce qui suit : « Je n’ai pas à analyser.  J’ai à défendre Goma et le Nord Kivu. Il n’y a pas d’analyses à faire puisque c’est la guerre. Ni Kampala, ni New-York, ne pourront  terminer cette guerre. Nous les militaires, nous nous préparons pour défendre la République Démocratique du Congo. Et vous allez voir comment cette armée va réagir pour défendre la patrie »

general francois olenga

Le général Olenga

Pour qui a regardé cette vidéo, il  constatera que chaque phrase du général était ponctuée d’un demi-temps de silence. Il donnait l’impression de réfléchir à la phrase suivante.  N’était-il pas convaincu de ce qu’il disait ? Nul ne le sait. Le seul témoin, c’est son cœur.

Questions : C’est seulement maintenant que le responsable de l’armée de terre de la Rdc s’est rendu compte que le salut pour l’Est du Congo ne viendra ni de l’Orient ni de l’Occident ? Que fait-il de toutes les déclarations de Ban-ki-Moon qui veut que cette guerre soit réglée de façon politique et non « seulement » militaire ? Avait-il oublié qu’en juillet 2012, Le président Kabila, qui est le commandant suprême, avait préconisé les solutions diplomatique, politique et militaire ou alors la combinaison de ces trois pour mettre fin à la rébellion du M23 ? Même si l’on dit que l’armée est apolitique, le général peut-il nous dire qu’il n’est pas informé du fameux accord-cadre d’Addis-Abeba, signé en février dernier par 11 pays africains ? Pourquoi met-il  la limite seulement à Goma et au Nord-Kivu alors que cette insécurité est généralisée dans tout l’Est, depuis la province Orientale jusqu’au nord Katanga. Fait-il semblant d’oublier cette vaste « zone rouge » où les  Fdlr, les Adf/Nalu, les mbororo, les Nyantura et la multitude des maï-maï règnent en maîtres absolus et écument sans pitié les pauvres populations de ces contrées ?

A en croire le Général Olenga, toutes ces négociations, ces pourparlers et ces grandes réunions organisées çà et là pour la pacification de la Rdc est une perte de temps. Autres questions : Est-ce qu’à elles seules, les Fardc peuvent-elles venir à bout de cette panoplie de groupes armés que regorge l’Est du pays ? Qui ne sait-il pas que, pour le moment, la fameuse brigade qui doit venir en appui aux Fardc n’est pas prête parce qu’incomplète dans ses effectifs?

Comme on le voit, ces déclarations du général soulèvent plus de questions qu’elles ne donnent de l’assurance aux populations en mal de délivrance. Ce n’est un secret pour personne : A l’extérieur comme à l’intérieur du pays, l’armée congolaise n’a pas une bonne réputation. Ses détracteurs l’accuse d’avoir des chaînes de commandement parallèles, on dit d’elle qu’elle  manque de discipline et que ses hauts gradés sont corrompus et détournent les fonds alloués à la prise en charge des soldats aux fronts. Ajouter à cela, la récente nomination, par le commandant suprême, d’une centaine des généraux. On l’a déjà senti : cette nomination ne  pourra pas faciliter les choses dans la mesure où elle a créé pas mal de frustration au sein de l’armée congolaise. Comment alors, dans cette ambiance sulfureuse, le général François Olenga compte mettre en pratique ses paroles ? L’armée de l’air, elle,  est en panne : tout dernièrement, pour pilonner les positions des rebelles du M23 à Rumangabo, il a fallu recourir aux pilotes de l’air Ukrainiens. On connait les résultats mitigés des effets collatéraux que ces bombardements ont produit.

Le moins que l’on puisse dire, en regardant cette vidéo, est que le général, tout en répondant au journaliste, cachait très mal sa colère, sa perplexité et son ras-le-bol face à la complexité de la situation qui semble piétiner au lieu d’avancer. Même s’il fait de grandes déclarations de guerre, le général François sait pertinemment bien que sa « haute hiérarchie » ne lui donnera pas le feu vert pour ne résoudre cette situation que « militairement » comme il le pense. Petit à petit, on voit baisser son zèle du début. La vivacité qu’il avait juste après sa nomination est en train de retombée au plus bas niveau.

Deux chemins s’ouvrent devant le chargé de l’armée de terre de la Rdc. Il a à choisir entre deux principes militaires. D’un : « la discipline est la mère des armées », c’est-à-dire il doit se mettre au pas à chaque décision venant du ‘commandant suprême’ et de deux : « un ordre mal donné (même celui venant du commandant suprême) ne s’exécute pas » et dans ce cas, engager un bras de fer avec la chaine de commandement parallèle et  avancer avec le risque d’avoir une rupture de stock de munitions et en tout ravitaillement en cours des combats contre l’ennemi. Son véritable choix se vérifiera sur les champs de bataille. Que le général n’oublie pas qu’une partie de cette population qui souffre et qui ne sait à quel saint se vouer a suivi ses déclarations.  Toute la partie Est de la Rdc est suspendue à cette grande promesse du Général qui, au fond, est une dette. Réussira t-il là où ses prédécesseurs, pour une raison ou pour une autre, ont échoué lamentablement à ramener la paix dans ce coin de la Rdc ? Réponse de l’intéressé : « Vous allez voir comment cette armée va réagir pour défendre la patrie ». Eh bien, on va voir ce qu’on va voir !

Lire aussi:
Publicité

1 Commentaire

  1. Ramazan Katunda

    la complicite de chef d’Etat complique trop la guere.

Laissez un commentaire