Qui reprendra l’épée d’Alain Moloto ?1 Commentaire

Par Hugues Mambo
Posté le 22 Août 2013 à 5:35

On a vu une foule immense que personne ne pouvait compter, marcher à pieds de la morgue de la Clinique Ngaliema jusqu’à l’esplanade du stade de Martyrs, accompagner la dépouille mortelle de l’adorateur Alain Moloto : c’est bien.

On aussi vu,  à la veillée mortuaire, une multitude des gens entourer le cercueil blanc d’Alain Moloto : là aussi c’est bien.

On a vu, le lendemain, la foule immense de la veille, accompagner le corps inanimé d’Alain Moloto jusqu’en sa dernière demeure au Nécropole, où Moloto se trouve être maintenant « entre Ciel et Terre » : c’est aussi bien, cette marque de solidarité.

On avait vu des journalistes et des reporters sortir de partout et de nulle part, à la recherche du sensationnel, des exclusivités, des scoops à mettre à la « Une » de leurs sites internet, leurs journaux, leurs pages Face Book, leur You Tube et leurs blogs. Question : où étaient-ils quand Alain Moloto organisait des prières pour la délivrance du pays ? Où étaient-ils quand Moloto avait besoin d’eux pour faire une large diffusion de son message pour la délivrance de la RDC ? Beaucoup d’entre eux nous ont posté des textes non corrigés, des images brutes et non traitées, sans éthique ni déontologie. Chacun cherchant à être le premier sur la toile. On a même assisté aux bagarres entre  chasseurs d’images : là, ce n’était pas bien cette attitude des journalistes et reporters opportunistes.

On avait aussi assisté, par moment, à certaines scènes où les « enfants de Dieu » avaient tendance à se transformer en « canards sauvages » quand ils criaient, huaient et  sifflaient, sur les agents de l’ordre et sur certaines autorités politico-administratives venues rendre leurs derniers hommages à l’illustre disparu : là aussi, ce n’était pas gentils.

On a assisté, au lendemain de l’enterrement d’Alain Moloto à une folle polémique autour de son empoisonnement (ou non) et par qui ? Une perte de temps : ceux qui ont témoigné la veille, se sont rétractés le lendemain. Sa femme de l’illustre disparu, elle-même, n’avait même pas fait allusion à l’empoisonnement pendant le témoignage de son défunt mari. Elle avait tout versé dans le registre de l’angélisme et dans la force «  inexplicable » qui habitait son défunt mari avant son départ au Ciel. A voir de près, c’est comme s’il n’y a jamais eu d’autopsie. Alors pourquoi polémiquer ?

Alain Moloto pour la nation congolaise

Qui reprendra l’épée de Moloto?

Les véritables tombes des morts, dit-on, c’est le cœur des vivants. Et la meilleure manière d’honorer la mémoire d’Alain Moloto, c’est de reprendre son tablier « d’adorateur-combattant » et de continuer l’œuvre commencée. C’est ici où il faut laisser tomber les émotions pour faire place à la raison et se poser sérieusement la question : qui prendra la relève de Moloto ? Théoriquement, tout le monde s’est accordé pour dire que Gaël ne disparaitra pas, que « EDEN » va continuer. Oui, mais qui reprendra le flambeau laissé par Alain Moloto? Ici, il ne s’agit pas de chanter les yeux fermés, abîmé dans l’adoration seulement. Il y a plus : il s’agit aussi d’agir, de prendre positions face aux enjeux de l’heure et face à la situation qui sévit à l’Est da la RDC. Il s’agit de ne pas perdre son temps dans les lamentations, comme l’avait si bien dit Moloto dans le célèbre chant « KITISA MOTO » que certains qualifient déjà de « l’hymne national chrétien » : l’heure est venue, avait-il dit, de serrer la ceinture aux reins et commencer la « guerre sainte »  qui consiste à exorciser, à frapper dur et à invoquer le feu divin pour qu’il brûle les œuvres diaboliques dans ce pays la Rdc.

Pour ce qui est du groupe Gaël, les jeunes qu’avait si bien formés Moloto à la tâche d’adoration par les chants, peuvent continuer cet apostolat. Quant à EDEN, il lui faut un homme « charismatique », capable de reprendre « l’épée de Moloto » pour dépecer et couper les arbres inutiles qui font ombrage au décollage du pays. On ne demande pas à celui-là de copier servilement Alain Moloto en reproduisant tout comme le défunt adorateur. Ce que l’on demande à celui qui reprendra EDEN, c’est d’exercer le charisme qu’il a en lui, de continuer l’idéal laissé par Moloto avec la force qui l’habite. Sa principale mission sera d’annoncer que l’avenir du Congo est beau, que le Congo verra la gloire ; de dénoncer les maux qui rongent notre société et de faire renoncer à nos dirigeants des pratiques occultes qui sacrifient ce beau et grand pays. Il ne faut surtout pas que ce leader tant attendu se recrute dans le « conglomérat d’aventuriers et d’opportunistes ». Quand on aura trouvé un leader pareil pour EDEN, on pourra alors dire : « Moloto est mort, vive Moloto !»

Lire aussi:
Publicité

1 Commentaire

  1. Sagesse

    Merci pour cet article car ilmarque la difference. Le congolais est bon pr discuter le passe, mais il est idiot en ce qui concerne identifier les problemes du monde et tracer les lignes pour l’ avenir. VOILA la source meme de la crise du pays.
    Ns avons pleure Papa Alain, que son ame repose en paix, mais comment aider GAEL a affronter le future? Et ici, il faut faire attention:
    Il est difficile, si pas impossible, de trouver quelqu’un comme Papa Alain, mais il faudra trouver un leader. Je pense au chef d’ orchestre.
    il n’ y a point de doute que le pouvoir voudra penetrer EDEN, et c’ est le plus grand defis!

Laissez un commentaire