Aucune avancée aux pourparlers de Kampala, selon François Mwamba

François Mwamba
François Mwamba

Le coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’Accord d’Addis-Abeba François Mwamba, a déclaré vendredi qu’aucune avancée n’a encore été enregistrée, trois jours après la reprise des pourparlers entre Kinshasa et la rébellion du M23, rapportent plusieurs dépêches d’agence reçues samedi à Kinshasa.  Pour François Mwamba, la médiation n’avait pas encore présenté de «véritable document de travail qui puisse permettre aux uns et aux autres de se prononcer».

Depuis la reprise de ces pourparlers, les deux parties ne se sont pas encore réunies autour d’une table. La médiation fait la navette entre les délégations.

«Depuis jeudi, le médiateur a tenu des consultations séparées avec les délégations  pour construire un consensus », a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère ougandais de la Défense, Paddy Ankunda qui a aussi souligné que « des progrès ont été faits » et  la semaine prochaine les deux parties et le médiateur  pourraient publier un communiqué commun sur ce qui aurait progressé. François Muamba a accusé également les rebelles du M23 de ne pas respecter l’une des décisions des chefs d’Etat des Grands Lacs, qui leur avaient demandé de cesser «toute activité militaire» sur le terrain.

Lors de leur dernier sommet à Kampala le jeudi 5 septembre, les chefs d’Etat de la sous-région ont demandé au M23 et au gouvernement congolais de reprendre les pourparlers de Kampala, en leur accordant un delai de quatorze jours pour les conclure. Ils ont aussi enjoint le M23 de cesser toute activité militaire. Cet appel est intervenu après  une série des victoires des FARDC, soutenues par la Monusco, sur les rebelles du M23 au Nord-Kivu où ils s’affrontent depuis mai 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *