La dernière cartouche du Congo : L’unité et la cohésion nationale1 Commentaire

Par Hugues Mambo
Posté le 30 Sep 2013 à 9:10

Cela fera près de vingt ans que la RDC ne fait que prendre à témoin la fameuse « communauté internationale ». Le discours de Joseph Kabila à la 68ième assemblée générale des Nations Unies en est une preuve. Cependant, la solution se fait toujours attendre et la punition des envahisseurs, moins encore. Quels accords la Rdc n’a-t-elle pas signé depuis là?  Que des accords de cessez-le-feu ! Que des accords de paix : Syrtre, Lusaka, Sun City, Pretoria, Luanda, Gbadolite, Ngourdoto, Goma, Addis-Abeba et j’en oublie. Cela n’a rien donné comme paix durable car toutes ces rencontres étaient des ballets d’hypocrisie. On signe avec la main droite et, avec la gauche, on fait signe aux troupes d’avancer et de continuer la guerre. Ce n’est pas tout : On a même fait recours aux sages négociateurs et aux facilitateurs chevronnés d’Afrique et du monde, rien du tout ! Les guerres à répétition continuent son bonhomme de chemin à l’Est de la Rdc.

Pour l'amour du Congo...

Pour l’amour du Congo…

Maintenant, les choses sont claires : le salut de la RDC ne viendra ni du Conseil de sécurité qui souffle le chaud et le froid en ramenant sans cesse le Congo à la table de négociation à chaque fois que les Fardc gagnent des points sur le front militaire; la solution n’est pas à attendre de la part de la Monusco qui ne pense qu’à protéger seulement la ville de Goma tout en laissant les territoires occupés aux bons soins des groupes armés  qui sèment terreur, mort, désolation et à la fin, faire aboutir le plan de la balkanisation; la solution ne viendra pas non plus de la brigade d’intervention qui n’a qu’un mandat limité.

Que nous reste t-il encore à faire sinon à bâtir l’unité et la cohésion nationale ?  Il nous semble que c’est notre dernière cartouche. Il faut que les fils et les filles de la RDC se mettent ensemble, regardent vers la même direction et mettent le Congo au centre de leur préoccupation. C’est ensemble qu’on gagnera tous les combats. Tout le monde est d’accord avec cette théorie, mais sa mise en pratique fait problème.  L’unité de la Rdc, il faut le dire,  c’est un gros problème pour les néo-colonialistes qui divisent les congolais pour mieux régner sur eux. Ceux-là savent très bien qu’une fois que les congolais sont unis, ça va faire très mal car ils vont leur  tenir tête. Voilà pourquoi, ils allument le feu, ils l’activent et après ils viennent jouer au pompier en miroitant sous les yeux des congolais le défilé des envoyés spéciaux : l’Envoyée spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour la région des Grands Lacs, envoyés spéciaux des Etats-Unis et de la Belgique, et autres représentant de l’Union Européenne. C’est de la poudre aux yeux, c’est de la mascarade, du théâtre. En fait, ils font de la Rdc leur « business ». Ils utilisent la même technique de toujours : « DIVISER POUR MIEUX REGNER ». Cette technique a été actionnée, une fois de plus, quand ils voyaient que l’idée des concertations nationales commençait à prendre corps. Ils savent que si les fils et les filles de la Rdc se mettent ensemble, leur boulot est fini. Et pour contrecarrer ce plan d’unité et de la cohésion nationale, ils sèment la zizanie en divisant et en opposant les congolais entre eux. Ils ont même réussi à pousser certains « opposants » à ne pas participer aux concertations nationales, comme cela la machine sera bloquée et eux, les néocolonialistes, ils reviendront pour la relancer sous un autre format avec ceux qui n’y avaient pas pris part, et ainsi leur permettent de se retrouver autrement.

Là où le bat blesse, c’est de voir que certains politiques congolais font semblant d’oublier qu’ils jouent le jeu des néocolonialistes. Les néocolonialistes, eux, ils ont leurs Etats-Unis, ils ont leur Royaume-Uni et leur Union Européenne  mais ils ne veulent pas d’une Afrique Unie, ils ne veulent pas entendre parler des Etats-Unis d’Afrique et d’un Congo uni, fort et prospère. Rusés qu’ils sont,  ils voient le « mal » de loin : une fois unis, les congolais pourront contrôler leurs frontières et empêcher leur pillage des matières premières. Une fois unis, les congolais vont se faire respecter comme une des puissances mondiales et pourront dialoguer et traiter avec eux d’égal à égal. Les congolais pourront s’imposer dans plusieurs domaines. Une fois unis, les congolais vont s’opposer à leur formule de « diviser pour régner », les congolais pourront résister face aux pays développés et ainsi lutter contre la pauvreté et l’analphabétisme ainsi que contre tous les maux qui rongent ce grand pays  au cœur de l’Afrique. Les néocolonialistes ont peur du « réveil du géant ».

Question : Pourquoi alors certains politiques congolais ne veulent pas comprendre cela ? Ils circulent dans les pays des néocolonialistes en exhibant des condensés des contre-vérités contre leur propre pays, ils tiennent des propos vexatoires à l’égard de leur propre gouvernement, ils deviennent des esprits enfiévrés. Ils pensent que ces néocolonialistes sont des « faiseurs des rois » du Congo et qu’ils viendront bâtir le Congo à leur place. Ils comptent sur leurs appuis. Ils oublient cependant une vérité :  la relation qu’ils tissent avec eux est une relation fonctionnelle, une relation du cavalier et du cheval. L’un court, se bat, s’essouffle et gagne à la fin, mais c’est l’autre qui aura la coupe en main.

Nous laissons la conclusion de ces lignes au chanteur-engagé Ivoirien Tiken Jah Fakoly : « Faisons attention à toutes ces oppressions, évitons l’ascension des exactions, il faut que nous nous rassemblions, car c’est l’unique solution. Attention à ces divisions, évitons d’être leurs moutons ». Un homme averti, en vaux deux !

Lire aussi:
Publicité

1 Commentaire

  1. gima

    j ai lu votre article sur oneline Bukavu. : une fois unis…. oh, quelle compasion. ça s’appelle l’amour de sa patrie. bonjour monsieur hugues mambo.

Laissez un commentaire