Kidnapping du militaire Congolais; La redéfinition de la frontière entre le Rwanda et le Congo s’impose.

KIDNAPPING DU MILITAIRE CONGOLAIS PAR LES SERVICES DE SÉCURITÉ RWANDAIS DANS LA « PETITE » ZONE NEUTRE A LA PETITE BARRIÈRE DE GOMA: LA REDÉFINITION DES FRONTIÈRES ENTRE LES DEUX VILLES DE GOMA ET GISENYI S’IMPOSE.

birere 1birere 2

Voici l’endroit où le Sergent Major MUNANGA KUSAKALA a été pris (voir point rouge sur deux photos: désolé pour la qualité)… Le Rwanda a déployé de nombreux policiers et militaires de la RDF le long de la frontière. Des tranchées ont été creusées et sont visibles, comme si l’on s’attendait à une guerre très prochaine. De son côté, la RDC a déployé des éléments de la garde républicaine et la police le long de la route qui conduit vers la petite barrière. De nombreux « motards » (taximen motos) étaient interdits d’accéder à la zone tandis que les observateurs de la MONUSCO inspectaient les lieux…

De l’avis de plusieurs observateurs, c’est en réalité sur le sol congolais qu’il a été pris car le Rwanda, profitant de l’occupation de Goma par l’ex-rébellion du RCD dont il était aussi « parrain », a fini par déplacer sa frontière de plus de 350m vers la RDC et a donc occupé l’ancienne Zone Neutre qui séparait le Rwanda et le Zaïre à la belle époque et laissant seulement environ 8 mètres entre les deux barrières! Un camion ne peut pas facilement stationner entre les deux barrières!!! Cet incident fait donc rebondir la question des limites entre les deux pays qu’il faut retracer et remettre la RDC dans ses droits! Le Rwanda devrait remettre sa barrière à sa position initiale et négocier avec la RDC ce qu’il adviendra du « Quartier RCD » qui appartient abusivement à la ville Gisenyi alors que cette zone était vide en 1996 et des bâtiments officiels que le Rwanda a construit dans cette zone! Dans ces conditions, ces bâtiments devront servir aux deux pays dans le cadre d’une « gestion intégrée de nos frontières »! Les parlements provincial et national devraient se pencher sur cette question sans complaisance!

petite barriere goma gisenyi

Lorsque j’ai visité ce site hier, la population et les agents de l’Etat qui travaillent dans les différents services à la frontière affichaient une colère extrême, de la rage et une grave déception car l’affront subi dépassait tout entendement… Tous disaient: « ka Rwanda kanatuonea kweli » (le petit Rwanda nous humilie) et regrettaient que la frontière soit ouverte. Pour eux, pour punir le Rwanda, il fallait laisser la barrière fermée pendant au moins une semaine jusqu’à la libération du Sergent Major Munanga!Cette « provocation arrogante » est de trop et il est important que les commanditaires de ce genre d’actes arrêtent leur mauvaise politique, m’a dit un agent de la DGM trouvé sur place, car ça crée la méfiance entre les deux peuples et freine la libre circulation des personnes et de leurs biens! J’ai constaté que les rwandais ne traversaient pas nombreux la frontière pour venir à Goma, pourtant les congolais allaient en masse au marché au Rwanda. J’ai parlé avec deux rwandais qui transportaient des poules. Ils ont regretté que leurs services de sécurité aient pu prendre ce risque d’opposer deux peuples qui n’ont pas de problèmes entre eux en posant cet acte de provocation! Ils ont dit que des rwandais qui ont des boutiques à Goma avaient peur de traverser par peur car ils ne savaient pas comment les congolais allaient réagir… Ils ont dit qu’ils espéraient que la guerre entre la RDC et le Rwanda sera évitée car, ont-ils affirmé, elle ne fera des victimes que parmi les pauvres, les riches ayant déjà déplacé leurs familles loin de Gisenyi (Kigali, Kampala et ailleurs)… La psychose est donc aussi dans le camp rwandais…

Heureusement que la population de Goma a été suffisamment calmée et sensibilisée par les autorités pour éviter toute vengeance sur des civils rwandais qui vaquent déjà paisiblement à leurs occupations à Goma! La question de la redéfinition des limites entre Gisenyi et Goma reste donc posée et le Rwanda devrait vraiment s’interdire de continuer à poser ces actes de provocation pour préserver la paix entre les deux villes!…

Un nouveau débat est donc ouvert: REDESSINER LA FRONTIÈRE ENTRE LES DEUX VILLES ET REDÉFINIR LA ZONE NEUTRE CONNUE DE TOUS MAIS OCCUPÉE ANARCHIQUEMENT ET ABUSIVEMENT…

Par Thomas Kubuya

2 réponses sur “Kidnapping du militaire Congolais; La redéfinition de la frontière entre le Rwanda et le Congo s’impose.”

  1. redefinir quoi selon vous le congo c’est du pain qu’on amuse à partager, cette place est aux congolais et vous les rwandais les savaient so fermaient vos gueules et continuez à circuler comme on vous à permis bande d’ingrats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *