La Belgique appelle à la conclusion rapide des pourparlers de Kampala

Le ministre belge des Entreprises publiques et de la Coopération au développement chargé des grandes villes, Jean Pascal Labille, a appelé jeudi à la conclusion rapide des pourparlers de Kampala entre le gouvernement congolais et la rébellion du M23.

Charles Okoto, abbé Malu Malu et Raymond Tshibanda, trois membres de la délégation du gouvernement congolais aux pourparlers de Kampala (Photo Innocent Olenga)
Charles Okoto, abbé Malu Malu et Raymond Tshibanda, trois membres de la délégation du gouvernement congolais aux pourparlers de Kampala (Photo Innocent Olenga)

«Je pense qu’il faut maintenant que le processus de Kampala se termine. Chacun conviendra qu’après neuf mois de discussions, il est bon à un moment donné que tout cela puisse aboutir à une solution avec la recherche absolue de la paix », a déclaré le ministre belge, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa, au terme d’une visite de travail de trois jours en RDC.

Le ministre belge a souligné que les populations congolaises ont besoin de paix et a émis l’espoir que ces négociations vont permettre d’instaurer cette paix. Mais il a précisé qu’après avoir instauré la paix, il fallait la maintenir. « La brigade d’intervention va avoir un rôle important à jouer dans ce cadre là », a-t-il ajouté. Cette brigade créée par les Nations Unies, en mars dernier a reçu la mission de neutraliser les groupes armés, dont le M23, dans l’Est de la RDC.

Jean Pascal Labille a demandé par ailleurs aux pays signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba de l’appliquer. «C’est vrai pour le Congo, c’est aussi vrai pour ses voisins», a-t-il fait savoir. Les discussions de Kampala se tiennent dans la capitale ougandaise depuis décembre 2012. Dans l’impasse pendant plusieurs mois, les négociations ont été relancées, en septembre dernier, sur recommandation des Chefs d’État des Grands Lacs. Mais elles achoppent actuellement sur les questions de l’amnistie et du désarmement du M23.

Au plan économique, le ministre belge de la Coopération a estimé qu’il fallait commencer à développer des projets sociaux et économiques au bénéfice de l’ensemble de la population. La Belgique soutient la mise en place d’un plan Marshall en faveur d’un développement socioéconomique de l’Est de la RDC et de son voisinage, afin de favoriser le retour de la paix dans la région des Grands Lacs.

ACP/Mas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *