Des recettes minières de l’ordre de 500 millions USD échappent chaque année à la RDC au profit des terroristes du M23, révèle Enough Projet !1 Commentaire

Par admin
Posté le 13 Oct 2013 à 10:39
Les chefs rebelles, très confidents dans leurs pillages...

Les chefs rebelles, très confidents dans leurs pillages…

Une nouvelle face hideuse des agressions des terroristes du M23 téléguidés par le Rwanda contre la RDC transpire dans le rapport Enough Project qui révèle que 500 millions de dollars des recettes des minerais congolais sont détournés chaque année au profit de cette horde barbare. De nouvelles révélations sur la déstabilisation de l’Est de la République démocratique du Congo sont disponibles. Un rapport très accablant de Enough Project

L’Avenir

une organisation de défense des droits de l’homme basée à Goma, dans la province du Nord-Kivu, l’a démontré. 500 millions de dollars Us, c’est la valeur de l’or que le M23 exploite illicitement chaque année dans les territoires sous son contrôle dans l’Est de la République démocratique du Congo. Ces revenus croissants ont enrichi et encouragé ceux qui commettent des atrocités et des crimes contre l’humanité dans la région.

Après le Panel des Nations Unies sur le pillage des ressources de la Rd Congo, voilà une autre enquête qui vient démontrer aux yeux du monde que la guerre que mène actuellement le M23 ne lui sert que de couverture pour faciliter le pillage d’énormes richesses de ce pays. Ce qui fait dire à plusieurs observateurs de la scène politique congolaise que la déstabilisation de la République démocratique du Congo est une réalité qui se confirme et se matérialise jour après jour.

En effet, de nouvelles révélations sur la déstabilisation de l’Est de la République démocratique du Congo sont disponibles depuis un certain temps. Un rapport très accablant de Enough Project, une organisation de défense des droits de l’homme basée à Goma, dans la province du Nord-Kivu l’a démontré.

Ce rapport qui cite les groupes armés du Nord-Kivu, y compris le M23 ainsi que quelques Etats de la région, indique qu’ils sont tous impliqués dans le pillage des ressources naturelles, particulièrement une maffia du trafic d’or dans la région. Pour Fidèle Bafilemba, chercheur à cette organisation, la guerre imposée à la Rdc n’est ni ethnique, moins encore tribale, mais plutôt économique. 500 millions de dollars Us, c’est la valeur de l’or que le M23 exploite illicitement chaque année dans les territoires sous son contrôle dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Selon ce rapport dénommé « Gold Striking », au lieu de contrôler directement les mines, le M23 a noué des alliances avec d’autres groupes armés dans les zones riches en or et élargi ses contacts avec des commerçants influents en Ouganda, au Burundi et au Congo pour le commerce de l’or. Le rapport met en cause les chefs de milices, dont Sultani Makenga commandant du M23, qui joue un rôle-clé dans le commerce illicite. Makenga a bâti sur les réseaux de l’ex-commandant Bosco Ntaganda et étendu des alliances qui transcendent les divisions ethniques et politiques autrement hostiles.

Localement, ce réseau mafieux s’étant de Walikale avec Ntabo Ntaberi Sheka, au Grand Nord avec Hilaire Kombi et Lafontaine, en Ituri avec Cobra Matata, à Goma avec certaines maisons d’achat d’or, et au Sud-Kivu. De même, le M23 et alliés ont consolidé un contrôle sur les mines, en particulier ceux de Walikale et de Lubero, dans la province du Nord-Kivu et dans le district de l’Ituri dans la province Orientale.

Les revenus croissants ont enrichi ceux qui commettent des atrocités et des crimes contre l’humanité dans la région. Le M23 et ses alliés ont également obtenu des voies de transit transfrontalier de contrebande à Bujumbura, au Burundi, et à Kampala, en Ouganda, les deux centres régionaux importants pour les marchés internationaux de l’or.

Le rapport ajoute que la balle est dans le camp du gouvernement américain et du Conseil de sécurité de l’ONU appelés à sanctionner ces exportateurs connus. La responsabilité incombe également à l’industrie de l’or en aval de procéder à une diligence raisonnable et investir dans un commerce de l’or propre au Congo.

Le rapport appelle l’envoyé spécial américain Russ Feingold, le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’envoyé de l’ONU Mary Robinson, et les détaillants de bijoux à prendre des mesures concrètes pour limiter les chemins documentés d’or des conflits aux marchés internationaux. Il sied de souligner que l’objectif majeur de cette publication étant de faire la lumière sur le vrai mobile de la guerre meurtrière que subissent les populations Congolaises, mais aussi lancer un appel aux dirigeants de la Région des Grands Lacs qu’il est grand temps de se regarder droit dans les yeux en mettant carte sur table pour une intégration régionale économique basée sur le respect mutuel et qui profite à tous.

Au-delà d’une diligence raisonnable pour assainir la production et l’exportation de l’or, au-delà du régime des sanctions contre les acteurs, quels qu’ils soient de cette mafia, Enough Project en appelle à l’organisation d’une conférence sous-régionale sur l’intégration économique.

Un rapport qui intervient au mauvais moment

Ce rapport très accablant de Enough Project intervient au moment où le Gouvernement de la République est en pourparlers à Kampala en Ouganda, avec les rebelles du M23 sur recommandations de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs. Et pendant ces temps, le Gouvernement de la République veut extirper de l’intégration dans les rangs des FARDC tous les mauvais éléments.

D’ailleurs, après la liste des Généraux du M23 qui ne peuvent pas être intégrés au sein des FARDC, une autre liste est en élaboration à Kampala et qui verra l’exclusion de certains politiciens trempés dans les crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou le pillage des ressources du pays. Cette liste n’oublie pas non plus ceux qui sont sous sanctions des Nations Unies et des Etats-Unis d’Amérique.

A travers cette énième preuve, l’opinion vient de se rendre compte que l’objectif pour le M23 n’était pas de réclamer l’application de l’accord du 29 mars 2009, mais de perpétuer le pillage des ressources de la Rd Congo. Raison pour laquelle la Rd Congo ne devra pas reculer. Elle doit être ferme dans l’intégration pour éviter que ceci attire d’autres Congolais à prendre les armes pour se retrouver un jour au Gouvernement ou dans la vie politique.

Avec la publication de ce rapport supplémentaire qui corrobore ceux déjà publiés antérieurement, que peut-on encore dire de ce M23. Quoi qu’étant en pourparlers avec lui à Kampala, le gouvernement doit rester très ferme sur la question de l’amnistie ou de l’intégration dans l’armée.

Ce sont des gens à sanctionner très durement pour avoir perturber la vie des populations tant physiquement, matériellement que moralement.

Lire aussi:
Publicité

1 Commentaire

  1. Congolais100%

    Comment ils ne peuvent pas etre confidents dans leur pillage? Ils coperent avec le gouvernement en place qui ne fait ke dormir le peuple. Ce qui m’etonne meme les fils natifs du nord kivu assoiffes de l’argent soutiennent ce gouvernement des assassins et pilleurs.

Laissez un commentaire