Funérailles de Nelson Mandela; Tous seront la, faiseurs de rois en Afrique, dictateurs, vendeurs d’Armes…0 Commentaires

Par admin
Posté le 09 Déc 2013 à 12:15

NELSON MANDELA : ARBITRE DES NATIONS

nelson mandela, arbitre de nations

Depuis l’annonce du départ de Mandela vers l’Au-delà, on entend des hommages qui fusent de partout. Les personnes les moins informées disent que Mandela est « MORT ». Cette formule n’est pas heureuse. Que non ! Mandela n’est pas mort, il est « parti » vivre avec ses ancêtres, il est « entré dans la Vie », il est passé de « l’autre côté ». Le langage mérite d’être corrigé. Et pour cause. Pour qui vit en Afrique, il sait que le départ de Mandela peut être qualifiée d’une « bonne mort » et une « bonne mort» est comparable à une nouvelle naissance. Qui n’a pas vu les Sud-Africains chanter, danser et célébrer ? On chante et on danse pour celui qui a quitté ce monde avec des cheveux blancs et rassasié des jours. Mandela faisait partie de ceux-là. On fête pour celui qui est passé au milieu de son peuple en faisant le bien.

Seulement voilà : Presque tout le monde ne voit Mandela que sous l’angle de la politique avec sa lutte contre l’apartheid. Nous le concédons. Cependant, il faut aussi noter que Mandela n’était pas que politicien. Il était aussi un grand sportif.

Qui d’entre nous ignore le zèle qu’avait Nelson Mandela pour le sport ? Mandela était le premier supporter de l’équipe nationale sud-africaine, le Bafana Bafana. Un témoignage dit de lui qu’ « Il a eu l’intelligence d’utiliser le sport au profit de l’unité de l’Afrique du Sud, de la paix. Mandela disait que le sport pouvait changer le monde, qu’il pouvait faire renaitre l’espoir là où ne régnait que le désespoir. Il a porté un message de concorde et de cohabitation ». Il y avait plus en cet homme : Mandela n’était pas que supporter, il a été aussi un acteur. A force de participer à plusieurs rencontres sportives, il était en mesure d’arbitrer une rencontre sportive.

Un arbitre par définition, est une personne désignée pour faire respecter les règles du jeu. Mieux encore : une personne dont la compétence et l’autorité dans un domaine permettent de prononcer un jugement. Nous pensons que l’heure est venue pour que Mandela joue son rôle d’arbitre des Nations.

On le sait d’avance : le jour de ses funérailles officielles, plusieurs têtes couronnées de la Planète Terre seront au rendez-vous. Certains se sont déjà annoncés pour qu’une place d’honneur leur soit réservée. Parmi eux, il y aura des fabricants d’armes de guerre ; à eux, il faut joindre les « faiseurs des Rois » en Afrique ; des dictateurs incapables de diriger mais qui s’accrochent au pouvoir ; des fraudeurs des élections présidentielles qui ont été mal élus ; des gens qui ne méritent

d’être au pouvoir ; des affameurs des peuples, spécialistes en corruption et en xénophobie. Toute cette longue liste des « invités de déshonneurs » pour honorer Mandela, l’homme de Paix, champion de la Démocratie et de la bonne gouvernance. On se demande s’ils feront le déplacement de l’Afrique du Sud pour se recueillir devant cette icône et se repentir ou c’est tout simplement pour enterrer la personne dont le comportement et la vie dérangeaient certains d’entre eux et qui voudraient mettre une bêche de terre sur ce cercueil qui crie « justice » et tourner vite la page pour faire oublier ce grand Nom qui faisait et fait l’éclipse aux noms des « grands » de ce monde. Beaucoup de ceux qui viendront, en face de Mandela comme arbitre des nations, méritent des cartons rouges, certains des cartons jaunes et d’autres encore un double carton jaune qui équivaut à un carton rouge. Beaucoup, au lieu de prendre le vol pour l’Afrique du Sud, feraient mieux de diriger leurs avions vers la Cours Pénale Internationale car ils ont du sang sur leurs mains : crimes des guerres, crimes contre l’humanité qu’ils ne cessent de commettre chaque jour qui passe à travers leurs exécutants en Afrique et ailleurs. Mais, comme la honte et le ridicule ne tuent plus, ils viendront eux-aussi en figurant pour ne pas ternir davantage leurs images, ils viendront jouer au théâtre et faire comme tout le monde.

C’est vers la fin de l’année 2013, année caractérisée par des guerres que Mandela tire sa révérence, serait-ce là le moment de conversion des certains dirigeants afin repartir sur de bonne bases de Paix et d’unité dans leurs propres nations et partout dans le monde ? L’avenir nous dira si ces présidents qui se rendront au Pays de Mandela auront tiré profit de ce voyage funéraire Mandela reste et restera pour longtemps encore l’arbitre des nations qui aura distribué beaucoup des cartons rouges aux apprentis dirigeants de la Planète terre, en commençant par ceux du Continent Africain. Devant le cercueil de Mandela, chaque président africain devrait écouter cette mélodie de Tiken Jah qui n’est rien d’autre que le message que Madiba leur adresserait pour leur honte:

« On vous a confié ce Continent plusieurs années durant, on était confiant et vous avez été incapables de l’unifier, de le libérer ni de le développer. Aujourd’hui, on assiste au grand retour des vautours de l’Occident sur le Continent » … Auront-ils les oreilles pour entendre ce cri de cœur ?

C’est avec cette note interpellatrice que votre site BukavuOnline joint sa voix à celle des personnes de bonne volonté, des personnes éprises de paix, pour célébrer cette entrée triomphale de Mandela dans la nouvelle Vie avec ce cri de joie et d’allégresse :

MANDELA EST PARTI, VIVE MANDELA !

vive nelson mandela

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire