Quand l’Eglise catholique fait un pacte avec Felix Wazekwa et Vodacom0 Commentaires

Par admin
Posté le 10 Fév 2014 à 10:32

Quand l’Eglise catholique veut révolutionner la quête !!.. Par Prosper Hamuli Birali Chercheur en Organisation des communautés.

Dieu Merci MOTONGI, artiste musicien de BK BAND MUSICA désormais chez FELIX WAZEKWA dans CULTURA PAYS VIE. C'est a l'issu d'un teste solide que le Monstre d'Amour a eu a organisé ce Dimanche 09 Février 2014 en la salle Mater Dei de Bukavu

Dieu Merci MOTONGI, artiste musicien de BK BAND MUSICA désormais chez FELIX WAZEKWA dans CULTURA PAYS VIE. C’est a l’issu d’un teste solide que le Monstre d’Amour a eu a organisé ce Dimanche 09 Février 2014 en la salle Mater Dei de Bukavu

Le musicien congolais Félix Wazekwa et son orchestre ‘’Cultur’ A Pays-Vie’’ sont attendus ce week end à Bukavu pour une série de concerts dont le produit financera les œuvres de l’Eglise catholique locale en faveur des malades. Cette initiative, à verser au compte du témoignage de vie chrétienne de l’Abbé Jean Baptiste Kabazane, ordonné prêtre en 2003 et chargé aussitôt de l’accompagnement des malades dans cette région de conflits et de violences de Bukavu, est ainsi une occasion de se questionner sur la place de l’éthique dans les méthodes de récolte des fonds par les ‘’hommes de Dieu’’. En effet, son initiative dénommée ‘’ACTION MAINS SECOURABLES’’ vise à récolter des fonds pour financer la pastorale de la santé dont il a la charge au sein de l’Archidiocèse de Bukavu. Les hommes de bonne volonté sont ainsi invités à « aider, par leur argent, à soigner des vulnérables par l’accès à la Mutuelle de Santé ; plus de 3000 indigents bénéficient aujourd’hui de cette action. » A la base donc une bonne intention pleine d’altruisme !!

« Honi soit qui mal y pense »

Cette devise du château de Windsor de la couronne britannique signifie que la fin justifie les moyens. Est-il vrai que ce que fait quelqu’un avec les meilleures intentions du monde ne devrait pas être jugé négativement ? Dans le cas présent, puisqu’il s’agit bien de la conduite d’une autorité morale, des questions importantes méritent des réponses autres que l’invitation à passer outre. L’Eglise, frileuse de son apparence, a en outre comme mission de donner des leçons.

Félix Wazekwa est un musicien parolier congolais dont le talent d’écriture est indéniable. Ses premiers albums, dans les années 1990, séduisent le public amoureux des textes lourds et profonds. Il se surnomme alors « mokwa bongo » ou l’os du cerveau. Avec lui, le verbe devient proverbe dès qu’il devient célèbre dans l’usage populaire offert par la musique. C’est lui qui a dit dans ses chansons : « à un idiot on montre le Soleil, mais lui regarde le doigt (Pauvre mais…). » Ou encore : « Un enfant ne dit jamais merci à celui qui lui apprend à marcher (Bonjour monsieur) » C’est ce qui lui vaut une profonde rivalité avec Koffi Olomide, un autre musicien congolais qui veut exceller dans le même genre mais en flattant les bas instincts de ses fans dont les médias congolais font leurs choux gras.

A partir de 2001, les critiques acerbes des fanatiques de la légèreté dans la musique congolaise, qui préfèrent les tubes creux lancés à la gloire des noms de personnes aux antipodes des modèles valorisants, l’amènent à se lancer dans la médiocrité ambiante et les pratiques douteuses des musiciens congolais. En 2010, il est condamné à deux ans de prison ferme et à une amende de 12 500 euros par le Tribunal correctionnel de Bruxelles en Belgique pour trafic de visas et aide à l’immigration clandestine.

C’est cet homme qui, dans sa chanson ‘’La chèvre de Mr Séguin’’ a traité sur la place

publique de ‘’chèvre’’ les musiciens qui ont quitté son groupe, dont Mr l’abbé fait la promotion à Bukavu, pourvu que cela lui rapporte l’argent1 dont il a besoin pour son projet.

L’argent n’a pas d’odeur !!

A un plus haut niveau les choses sont faites en grand. Pour que l’Église catholique congolaise dispose d’instruments financiers de premier plan en vue de réaliser ses ambitions sociales sur le court, moyen et long termes, la Conférence Episcopale des Evêques du Congo (CENCO) est engagée dans la mise en place d’une ‘’ institution financière de premier rang, inclusive et participative’’ à travers « une convention stratégique avec Vodacom pour qu’elle soit celle qui bénéficie des faveurs de vos consommations. Des dividendes lui seront versées si elles est celle qui vous a connectés au réseau en vous vendant la SIM ou si c’est elle qui vous vend du crédit. De toute façon, pour l’instant, à votre insu, quelqu’un est payé pour avoir vendu une SIM et il sera payé jusqu’à ce que vous arrêtiez de l’utiliser. Quelqu’un est payé à chaque fois que vous rechargez votre téléphone.

Êtes-vous d’accord que ce soit votre Église à la place des inconnus…Afin qu’elle ait les moyens de venir en aide à ceux qui en ont besoin et qu’elle vous donne des opportunités de développement même là où l’État et les banques ne peuvent vous suivre.

Parce que nous sommes très nombreux, l’effort par personne est réduit alors que les effets seront importants. L’Église compte sur vous pour prendre votre première SIM auprès d’elle sinon une SIM secondaire, avec l’idée d’en faire une SIM principale au fur et à mesure. »2

Filiale de la multinationale Vodafone, VODACOM est une entreprise de téléphonie cellulaire basée en Afrique du Sud et active dans plusieurs pays africains dont la RDC où elle occupe actuellement la première place en termes de part de marché de téléphonie mobile. Son partenariat avec la première Église de la RDC, en plus de lifter son image et de booster ses ventes, lui permet d’échapper à la pression de la société civile pour l’adoption d’un code de conduite favorable aux consommateurs et de se dédouaner de sa responsabilité sociale dès lors que c’est désormais à l’Eglise catholique de réaliser des initiatives à intégrer aux cadres de régulation du gouvernement sans se préoccuper de voir si les stratégies d’investissement de Vodacom et ses pratiques fiscales sont compatibles avec des objectifs basiques de développement. Tout se passe donc comme si ce partenariat faisait mentir le Pape François qui s’en prend au monde de la finance « soucieux des seuls équilibres budgétaires et peu de nombreuses personnes qui meurent de faim »3 C’est plutôt que le monde change et l’Eglise avec lui. En fin de compte, avec un Pape sur Twiter, il est temps d’écorner les tenants des idées reçues. Les chrétiens n’ont qu’à bien se tenir.

Depuis plusieurs mois, la messe en RDC réserve à l’heure des annonces paroissiales, entre la publication des bans de mariage et le rappel des saints de la semaine, une publicité pour Vodacom qui ne se termine pas par la ritournelle : « si quelqu’un connait un empêchement à

cette union, qu’il en informe les prêtres. »4 Allons-nous vers un nouveau modèle de chrétienté plus soucieux de s’intégrer dans la mondialisation ? Si c’est cela, le chemin est encore long. Pas plus tard qu’en décembre dernier, catholiques et anglicans des trois pays de la Région des Grands Lacs ont lancé la campagne d’une année d’activisme conjoint en faveur de la paix. Avant même la fin du mois, l’archidiocèse de Bukavu avait déjà suspendu sa participation aux dites-activités au motif que les prélats de l’Eglise anglicane imitaient les tenues portées par les Princes de l’Eglise catholique. Contre cette véritable ‘’concurrence déloyale’’, le clergé de Bukavu a pris position pour protéger de tout équivoque les ‘’Brebis du Seigneur’’, éternels enfants incapables de juger par eux-mêmes. Sinon, quitter une initiative œcuménique d’une telle ampleur pose plus de problèmes qu’il n’en résout. Mais là n’est pas la question !! Y aurait-il du Vodacom en dessous ? Rien ne permet de le supposer. Comme le dit l’adage préféré des notaires, « Aime ton voisin, mais plantes ta haie » Apparemment, dans l’affaire Sim-Cenco Vodacom, la hiérarchie de l’Eglise serait le ‘’voisin’’ du peuple de Dieu invité à voir ailleurs en matière d’éthique autour de la recherche de l’argent pour les bonnes œuvres.

Bukavu, le 09 février 2014.

Prosper Hamuli Birali

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire