Kingankati : Joseph Kabila contre la révision de la Constitution

joseph kabila constitutionA en croire des sources proches de la Majorité Présidentielle, Joseph Kabila a levé l’équivoque autour des rumeurs qui circulaient depuis le dernier week-end et faisant étant de l’activisme d’un groupe de réflexion occupé à étudier le schéma de la prolongation de son mandat soit par l’élection du Président de la République au second degré, au niveau du Parlement, soit par l’organisation d’un recensement général qui s’étendrait sur quatre à cinq ans. La rencontre d’hier jeudi 20 mars à Kingankati, dans la banlieue de Kinshasa, a été celle de la clarification. On laisse entendre que l’Autorité Morale a fait savoir aux architectes d’un tel schéma de ne plus distraire l’opinion.

Joseph Kabila a déclaré, sur un ton ferme, qu’il respecterait la Constitution, comme avaient d’ailleurs eu à le marteler certains de ses fidèles collaborateurs dans un passé récent (NDLR : Aubin Minaku, président de l’Assemblée Nationale et Lambert Mende, porte-parole du gouvernement). Le président de la République, indique-t-on, a exhorté ses troupes au travail, jusqu’à l’horizon 2016, échéance où le peuple congolais décidera du sort de son successeur. Beau joueur, il passera le flambeau à qui de droit. Bref, l’Autorité Morale de la Majorité Présidentielle en a appelé à la cessation de toute spéculation autour de la fin de son second mandat à la tête du pays, clairement réglée par le législateur.

Il semble que la prise de position du Chef de l’Etat a fait l’effet d’une douche froide dans les rangs des opportunistes qui s’attendaient à recevoir sa caution officielle en vue de la révision de la Constitution en général et de l’article 220 en particulier.

S’agissant de l’autre sujet d’actualité lié à la fin des Concertations Nationales, Joseph Kabila a fait savoir que le gouvernement de « cohésion nationale » attendu depuis six mois est imminent. Sa mise en place va se faire selon les prescrits de la Constitution, dont le point de chute est l’investiture du Premier ministre et des ministres par l’Assemblée nationale.

 

Le Phare

4 réflexions au sujet de « Kingankati : Joseph Kabila contre la révision de la Constitution »

  1. Lorsque nous devenons président de la république, nous cessons aussi d’être le chef d’un parti mais de la nation tout entière. Les déclarations du président de la république, ne doit plus être concerner directement son parti mais l’ensemble de la nation qu’il préside. Voila pourquoi, nous aimerons qu’il puisse faire une déclaration publique, pour que chacun de nous comprenne la position du chef de l’état sur le changement ou pas de la constitution ou de sa reconduite ou pas à l’élection présidentielles de 2016.  Il est aussi important pour nous de savoir si nous sommes véritablement dans une démocratie ou dans la république dictatorial. C’est donc à lui le chef de l’état de nous éclaircir sur ce point. Il est à savoir que c’est parce que admettre qu’il soit reconduit encore aux élections présidentielles, nous prouverez que nous ne sommes pas vraiment dans la démocratie. Je pense que celui ci à fait déjà son temps, il doit donc permettre aux autres de reprendre le flambeau pour continuer le travail qu’il à commencer. Il est temps pour nous de voir des gens nouveaux dans la politique pour faire avancer, moderniser notre pays, changer l’image de la nation que nous représentons. Pour un Kongo nouveau, nous devons aussi avoir des nouvelles tête au sommer des nos institutions. C’est tout notre administration que nous devons changer, pour permettre qu’il y’est cette changement que nous espérons tous. 

  2. Lorsque nous devenons président de la république, nous cessons aussi d’être le chef d’un parti mais de la nation tout entière. Les déclarations du président de la république, ne doit plus être concerner directement son parti mais l’ensemble de la nation qu’il préside. Voila pourquoi, nous aimerons qu’il puisse faire une déclaration publique, pour que chacun de nous comprenne la position du chef de l’état sur le changement ou pas de la constitution ou de sa reconduite ou pas à l’élection présidentielles de 2016.  Il est aussi important pour nous de savoir si nous sommes véritablement dans une démocratie ou dans la république dictatorial. C’est donc à lui le chef de l’état de nous éclaircir sur ce point. Il est à savoir que c’est parce que admettre qu’il soit reconduit encore aux élections présidentielles, nous prouverez que nous ne sommes pas vraiment dans la démocratie. Je pense que celui ci à fait déjà son temps, il doit donc permettre aux autres de reprendre le flambeau pour continuer le travail qu’il à commencer. Il est temps pour nous de voir des gens nouveaux dans la politique pour faire avancer, moderniser notre pays, changer l’image de la nation que nous représentons. Pour un Kongo nouveau, nous devons aussi avoir des nouvelles tête au sommer des nos institutions. C’est tout notre administration que nous devons changer, pour permettre qu’il y’est cette changement que nous espérons tous. Candidat Mbolé NK MB Mangikila

  3. E. Encore faut-il le croire. Joseph Kabila doit le déclarer haut et fort à la Nation congolaise et non seulement à sa mouvance présidentielle! Qui a déjà oublié la grande tricherie des élections de 2011?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *