« Scrutin indirect : les évêques catholiques disent non à l’abbé Malu Malu »0 Commentaires

Par Radio Okapi
Posté le 05 Mar 2014 à 12:00

Revue de presse du mardi 4 mars 2014 

Des évêques congolais membres de la Cenco le 23/6/2011 au centre Nganda à Kinshasa

Des évêques congolais membres de la Cenco le 23/6/2011 au centre Nganda à Kinshasa

Le cycle électoral intéresse l’église catholique congolaise. Et ce matin, Forum des As rapporte que les évêques catholiques estiment que les élections aux niveaux local, municipal et urbain doivent se dérouler au suffrage direct. Ils se sont prononcés, lundi 3 mars à Kinshasa, sur le scrutin indirect proposé par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), l’abbé Apollinaire Malu Malu dans sa feuille de route électorale.

Dans leur argumentation, les évêques, au nom de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), redoutent plutôt un danger contre la démocratie. Pour eux, « l’option ou l’hypothèse des élections au niveau provincial ou même au niveau municipal, urbain ou local au suffrage indirect n’est pas de nature à consolider notre démocratie », note Forum des As.

De plus, note La Prospérité, ils exigent un budget conséquent. Les évêques ont invité le gouvernement à prévoir dans son budget, les dépenses inhérentes à ces élections, avant de compter, par exemple, sur l’appui financier de ses partenaires traditionnels, a écrit le quotidien.

Les évêques catholiques ont aussi demandé à la Monusco et la communauté internationale de s’impliquer totalement dans l’appui financier et logistique pour une bonne réussite du processus.

Ils ont aussi réitéré la volonté de l’Eglise catholique d’accompagner, par la prière, la formation à l’éducation civique, le processus électoral dont dépend l’avenir de la nation congolaise, conclut La Prospérité.

Forum des As s’intéresse aussi au deuxième forum mondial des femmes francophones ouvert hier à Kinshasa. Geneviève Inagosi appelle les femmes francophones à participer au développement, titre le quotidien.

A l’occasion de l’ouverture de ces assises lundi 3 mars à Kinshasa, Geneviève Inagosi Kasongo a appelé les femmes de l’espace francophone à participer, chacune, au développement de manière à assurer l’avancement de son pays.

La ministre congolaise du Genre, famille et enfant a également plaidé pour la restauration d’une paix durable en RDC où, selon elle, « les femmes souffrent de plusieurs maux dont l’analphabétisme, l’ignorance des droits, la pauvreté ainsi que les maladies », indique Forum des As.

Sur ce forum, Le Phare s’est intéressé au discours de la présidente de transition de la RCA. Lors de sa première rencontre avec son homologue congolais, Joseph Kabila, Catherine Samba a tenu à le remercier pour les efforts qu’il déploie, avec ses collègues d’autres pays d’Afrique, pour rétablir la paix dans son pays, a indiqué le quotidien.

La présidente centrafricaine a particulièrement salué la présence du contingent militaire congolais (850 hommes) à Bangui, dans le cadre de la lutte contre les milices qui sèment encore l’insécurité dans cette ville.

Elle a aussi loué l’hospitalité congolaise, notamment envers des centaines des familles centrafricaines qui ont traversé le fleuve Oubangui pour se réfugier à Zongo et d’autres localités frontalières, a épinglé Le Phare.

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire