Le Président Joseph Kabila s’adresse au corps diplomatique accrédité à Kinshasa

joseph kabila aux diplomates

Le Président de la République Joseph Kabila Kabange, qui s’adressait samedi au corps diplomatique réuni au Palais de la nation à Kinshasa, s’est appesanti sur le fait qu’il n’y a pas de crise politique en République Démocratique du Congo, tant qu’il est vrai qu’il n’y a de crise politique que lorsqu’une institution ou des institutions sont en difficulté de fonctionner, ce qui n’est pas le cas en RDC, a annoncé le ministre des Médias chargé des relations avec le Parlement et de l’initiation à la nouvelle citoyenneté, Lambert Mende, qui s’est confié à la presse à l’issue de cette rencontre à laquelle il a assisté.

[youtube -ICKWf7kbk4]

Le ministre Lambert Mende a fait savoir qu’au cours de cette réunion, le Président Joseph Kabila Kabange a passé au crible la situation générale du pays en ce qui concerne ses aspects sécuritaire, économique et les questions d’ordre politique et de consolidation de la démocratie, avant d’appeler le corps diplomatique à aider la RDC à atteindre la vision qui est la sienne dans ce contexte.

Il a en outre confirmé que le Chef de l’Etat a indiqué qu’il est résolument engagé dans la mise en œuvre de toutes les résolutions des Concertations nationales qu’il avait convoquées l’année dernière, notamment la mise en œuvre de la loi d’amnistie qui est en cours, la mise en place du gouvernement de cohésion nationale qui est inéluctable. Se référant au Chef de l’Etat, il a indiqué que « Ce n’est pas une promesse. C’est une décision qui va absolument être appliquée ».

Aussi le Chef de l’Etat s’est-il indigné, a-t-il renchéri, de ce qu’on assiste de plus en plus à des initiatives parallèles autour de certaines ambassades et des partenaires du pays par quelques structures ou actions politiques qui, après avoir refusé librement de participer aux concertations nationales, voudraient en effet créer des « concertations parallèles » ou transformer ces ambassades ou ces partenaires en « institutions parallèles ».

« La politique de la RDC ne peut se faire qu’au travers des institutions politiques du pays », a-t-il indiqué, citant le Chef de l’Etat, qui a fait remarquer, selon lui, aux partenaires de la RDC que le Congo est un pays souverain ; le Congo n’est pas un pays sous-tutelle et qu’il est inadmissible pour la RDC que des partenaires affectés auprès du gouvernement congolais se permettent, sans que le gouvernement congolais ou l’Etat congolais ait fait la demande, de s’immiscer dans des questions politiques, des questions de souveraineté relavant exclusivement des institutions politiques de la RDC.

Le ministre Lambert Mende a soutenu que le Chef de l’Etat a déploré le phénomène dit « Combattant » qui est plus ou moins criminel et qui se déroule dans certains pays tels que la France, le Belgique, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis d’Amérique et le Canada où des jeunes gens d’origine congolaise, souvent possédant la nationalité de ces pays-là, se permettent de développer une idéologie xénophobe, une idéologie dangereuse pour les Congolais et pour les animateurs d’institutions congolaises, qui tend à exclure du tissu certains groupes communautaires et ethniques.

« La RDC s’étonne que dans ces pays partenaires de la RDC on puisse se montrer tolérants vis-à-vis d’idéologies qui ne respectent pas les valeurs sur lesquelles la communauté internationale tout entière s’est accordé », a dit le ministre Lambert Mende, se référant au Président de la République, qui a demandé que les partenaires de la RDC fassent le choix désormais entre ces groupes criminels et coopérer avec la RDC

A propos de nos compatriotes expulsés de la République du Congo, le ministre Lambert Mende a dit qu’une commission mixte va démarrer son travail lundi à Kinshasa où est attendue la délégation de Brazzaville. Il a affirmé que le Chef de l’Etat a exprimé l’espoir que de cette réunion sortira une conclusion heureuse parce que, pour lui, il est inadmissible que ces expulsions aient été faites avec tant de violences et dans un esprit qui n’est pas conforme aux relations de bon voisinage qui devrait exister entre le Congo-Brazzaville et le Congo-Kinshasa.

Au sujet de la situation sécuritaire, a-t-il dit, le Chef de l’Etat s’est félicité de la fin de la guerre dans l’Est de la RDC, où l’on parlera plus de la reconstruction que de la guerre, tout en appelant tous les partenaires de la RDC à soutenir le pays dans cet effort de reconstruction.

« Il a donné l’état de la situation du désarmement volontaire d’un des derniers groupes armés, les FDFR, qui est en train de se dérouler de manière satisfaisante », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs indiqué que concernant les questions économiques, le Président de la République a confirmé l’amélioration du cadre macroéconomique dans le pays et sollicité l’apport de la communauté internationale maintenant que la RDC s’est inscrite dans le chemin du développement économique.

ACP/ TOLUWELE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *