Goma: Assassinat de L’abbé Jean Paul ; Crime crapuleux ou commandité ?

« Ne touchez pas à mes oints ! » 
 

Cette parole de Dieu a été, une fois de plus, transgressée à l’Est de la République Démocratique du Congo,  le mercredi 25 février 2015 à 21h30 locales, précisément dans la paroisse Matthias Mulumba de Mweso, où un prêtre du Diocèse de Goma, Monsieur l’abbé Jean Paul Kakule, a été abattu lâchement après qu’un homme armé se soit introduit  par effraction dans le presbytère. Signalons que le prêtre infortuné était resté  tout  seul à la paroisse alors que ses deux autres confrères se retrouvaient à Goma, à plus d’une centaine de kilomètres de la paroisse, pour suivre une session de formation.
Agé de 34 ans, ordonné prêtre à l’occasion de la fête du Christ, Roi de l’Univers, fête qui marquait la clôture de l’année de la Foi, le dimanche 24 novembre 2013, l’abbé Jean Paul était économe et aumônier des jeunes.

A l’annonce de cette triste et douloureuse nouvelle, plusieurs sentiments se sont entremêlés dans les cœurs de tous les fidèles chrétiens de la paroisse de Mweso et du diocèse de Goma: compassion, colère,  indignation et surtout beaucoup de questions sont demeurées sans réponses : Qui pourrait être l’auteur de ce crime ? Que cherchait-il exactement? Savait-il que l’abbé Jean-Paul était tout seul ? Pourquoi le tueur n’a rien emporté après le meurtre ? sommes-nous là en face d’un crime crapuleux ? Ou est-ce le résultat d’un acte prémédité et commandité ?
Face de cette foule de questions, la population terrorisée n’a eu droit qu’à une seule réponse déjà entendue : L’abbé Jean Paul a été abattu par un homme armé non autrement identifié. On connait même la suite de la phrase: une enquête a été ouverte pour connaître l’auteur du crime.  La population fatiguée d’entendre ce même refrain après chaque crime se pose sérieusement cette question : Faudra-t-il donner raison à celui qui a dit qu’au Congo, si l’on veut perdre la trace d’un criminel, il faut tout de suite ouvrir une enquête ?

Des enquêtes, dans ce coin du pays, on n’en a vu s’ouvrir par millier et on ne sait vraiment pas où est-ce qu’elles finissent.  Pour preuve : depuis 1995, le diocèse de Goma a payé un lourd tribut : 8 prêtres ont déjà été assassinés dans des circonstances similaires sans qu’aucune enquête n’ait abouti. A ce bilan macabre, il faut y joindre celui de plus de 6 millions de morts suite à des guerres à répétition. Nous n’oublions pas de mentionner les trois prêtres assomptionnistes kidnappés la nuit de 18 au 19 octobre 2012 dans le diocèse de Butembo-Beni et emmenés vers une destination inconnue jusqu’aujourd’hui. Tous ces crimes et tant d’autres qui se commettent encore nous laissent sans parole. Nous ne savons pas à quel saint nous vouer.

Alors que l’abbé Jean Paul est porté en terre ce samedi 28 février 2015, nous croyons dur comme fer que la farde de ces enquêtes ouvertes sur son assassinat ne viendra pas se poser sur la montagnes d’autres fardes d’enquêtes ouvertes avant celles-ci. En attendant que la justice fasse son travail comme il se doit, nous présentons nos sincères condoléances à notre Évêque, Monseigneur Théophile Kaboy, à toute la fraternité des prêtres du Diocèse de Goma et à la famille biologique de l’illustre disparu. Paix à son âme!