Point de Presse, Ministre Lambert Mende 16-02-15, Vidéo et Texte0 Commentaires

Par admin
Posté le 16 Fév 2015 à 11:19

POINT DE PRESSE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET MEDIAS, PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT
16 FEVRIER 2015

Hier dimanche 15 février 2015, le Président de la République, S.E. M. Joseph Kabila Kabange a reçu en son cabinet de travail du Palais de la Nation une vingtaine d’Ambassadeurs chefs des missions diplomatiques des principaux partenaires de la République Démocratique du Congo ainsi que le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies à Kinshasa et chef de la Monusco.

La communication qu’il leur a adressée était axée essentiellement sur deux points, à savoir (i) l’état des relations de la RDC avec la Monusco concernant particulièrement les opérations de désarmement forcé des rebelles rwandais des FDLR et, (ii) les attitudes et comportements de certains diplomates en poste à Kinshasa qui ne cadrent pas avec les conventions internationales qui régissent les relations entre Etats.

La RDC, la MONUSCO et le désarmement forcé des FDLR

Au sujet des relations entre la RDC et la MONUSCO, le Chef de l’Etat a rappelé à ses interlocuteurs que c’est à la demande des autorités congolaises que les Casques bleus des Nations Unies sont venus dans notre pays pour prêter main forte aux institutions nationales en butte à une agression qui menaçait le pays dans ses fondements les plus intrinsèques.
Chargée de l’observation des péripéties de la crise congolaise au départ, la mission onusienne s’est vue confiée par la suite, et successivement des tâches de maintien de la paix (peacekeeping) et d’imposition de la paix (peace inforcement) toujours à la demande du Gouvernement de la RDC.
À cet égard, les Congolais doivent savoir que depuis l’arrivée dans notre pays en 1999 de la mission des Nations Unies que l’on avait appelé Monuc puis Monusco, les autorités congolaises ont eu à gérer avec ses responsables un certain nombre d’événements et même des crises parfois graves. Le Chef de l’Etat a rappelé à ses invités quelques défis majeurs relevés en synergie par le Gouvernement et la Monusco. Ce fut le cas notamment des élections de 2006, de la rébellion dite du CNDP et de nombre d’autres groupes armés à l’Est.

Dans ce contexte, le gouvernement congolais n’a pas manqué de griefs légitimes à reprocher à l’un ou l’autre préposé de la Monusco, loin s’en faut. Plusieurs cas de complaisances frisant parfois la complicité avec certains seigneurs de guerre et leurs groupes armés ainsi que des actes criminels flagrants au détriment de nos compatriotes ont été signalés dans leur chef. Mais le gouvernement de la République s’est toujours abstenu de recourir à l’invective ou à l’anathème pour y donner suite. Ces affaires peu ragoutantes dans lesquelles étaient impliqués des préposés de la Monusco ont toujours fait l’objet d’un débat adulte dans le cadre établi avec ce partenaire.
Il est désagréable pour nous de constater que les responsables des Nations Unies ont choisi l’attitude diamétralement opposée d’une gestion incantatoire qui jette sans raison objective le discrédit sur les institutions congolaises.

Nous avons noté également que la communication de l’ONU sur ce dossier du désarmement des FDLR à l’Est de la RDC s’est caractérisée ces derniers jours par une certaine cacophonie entre différentes sources. Les déclarations des officiels ici et là étaient contradictoires, approximatives, chose grave, teintées de chantage à l’encontre de la RDC.
Le Président Kabila a rappelé à ses invités qu’aujourd’hui, personne ne pouvait donner des leçons aux forces de défense et de sécurité de la RDC sur les meilleurs voies et moyens d’en découdre avec les forces négatives des FDLR.

Il y a encore quelques années, les FDLR avec leurs dépendants étaient estimées à plusieurs dizaines de milliers de personnes en RDC. Aujourd’hui leur nombre dépasse à peine le millier. Cette diminution drastique du nombre des rebelles rwandais au Kivu est à attribuer aussi bien à des retours volontaires qu’aux fortes pressions militaires exercées par les troupes régulières congolaises au cours de leurs opérations ces dernières années dans la région. Il faut rappeler que ces opérations ont coûté la vie à de très nombreux jeunes militaires FARDC. C’est un sacrifice qui est consenti par la RDC pour trouver une solution à un problème sécuritaire majeur créé par la décision malencontreuse de la communauté internationale, à travers le Conseil de sécurité des Nations Unies, d’imposer aux autorités en place en RDC alors République du Zaïre lors du génocide rwandais de 1994 d’ouvrir ses frontières sans aucun contrôle à 2 millions de réfugiés rwandais.

La RDC est à ce jour le pays qui a le plus à gagner au désarmement ou à l’éradication des FDLR qui ont causé d’énormes dégâts humains et matériels à notre pays et à son peuple.
C’est avec une grande surprise que le Chef de l’Etat a appris par la presse comme Monsieur Tout le monde que nos partenaires des Nations Unies remettaient en cause un acte souverain de nomination d’officiers généraux des FARDC posé par Lui conformément à la Constitution et aux lois en vigueur dans notre pays. Comme si la RDC avait été placée sous tutelle des Nations Unies.  Comme si pour nommer aux emplois militaires, le Président de la RDC était tenu de requérir l’aval des Nations Unies.

S’agissant des présomptions de violations des droits de l’homme qui pèserait sur les généraux Sikabwe et Mandevu et qui les rendraient inéligibles au commandement des opérations de désarmement forcé des FDLR, le Chef de l’Etat, commandant suprême des forces a confirmé que ni Lui-même, ni son Gouvernement n’ont reçu de la Monusco aucun dossier y relatif. La mise à l’index de ces officiers pose donc réellement un problème, d’autant plus que les intéressés ont eu très récemment à participer à des opérations conjointes avec la Monusco sans que ne soit évoquée une quelconque raison de les considérer comme infréquentables.

Dans cette affaire, nous devons demander à nos partenaires de la Monusco de prendre au sérieux les institutions congolaises qui sont leurs partenaires.

Ce que l’opinion ne sait peut être pas, c’est qu’en 2012, la Mission onusienne avait tenté de dissuader les autorités congolaises de lancer les offensives contre le M23 en recommandant plutôt des négociations au finish avec ces forces négatives. En 2013, le même scénario s’est reproduit lorsque le Président décida d’éradiquer par la force les ADF/NALU. Dans tous les deux cas, le Président Kabila avait unilatéralement lancé l’offensive, réservant une fin de non recevoir à ces requêtes pour d’interminables négociations avec ces groupes armés. Dans les deux cas, c’est longtemps après le déclenchement des opérations militaires par les seules FARDC que la force Monusco s’y est associée pour apporter un appui logistique et en ravitaillement. Il n’est pas inutile de signaler qu’aucune dotation en armes n’a été faite dans ce cadre aux FARDC. Bien au contraire, d’importants membres de la communauté internationale bloquent depuis plus de 12 ans la livraison des armes que l’Etat congolais a acquis au prix coûtant chez eux pour sa défense tout en multipliant les remontrances sur l’obligation qui incombe au Gouvernement de combattre et éradiquer les forces négatives.

Tout se passe comme si l’objectif poursuivi était de nous faire croire à nous-mêmes et faire croire au monde entier que la RDC était incapable de prendre en mains et résoudre seule ses problèmes de sécurité.
Hier, peu après la communication du Chef de l’Etat aux ambassadeurs, nous avons suivi avec stupéfaction dans un média global toujours prompts à rationaliser les pires égarements des proconsuls autoproclamés que l’acceptation par la RDC d’un appui des Nations Unies impliquait « ipso facto » une renonciation à une partie de sa souveraineté au titre du chapitre 7 de la Charte de l’ONU. Rien n’est plus faux et ce chroniqueur devrait revoir ses classiques car une sommaire revisitation du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies relatif à l’Action en cas de menace contre la paix, la rupture de la paix et d’acte d’agression indique clairement qu’il n’y est fait, ni directement, ni indirectement aucune mention à une quelconque limitation de la souveraineté d’un Etat. Pour ce qui est de la situation en RDC, le siège de la matière est la Résolution 2098 du 28 mars 2013 du Conseil de sécurité qui réaffirme au contraire « son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la RDC » avant de souligner que « le principe de non-ingérence », parmi d’autres doit y être « pleinement respecté ».

La Résolution reconnaît aussi à son point 10 que « la RDC a la responsabilité principale de garantir sa souveraineté et son intégrité territoriale ». On se demande bien où le chroniqueur a pu trouver une quelconque limitation de la souveraineté de la RDC dans l’arsenal onusien.

C’est précisément pour préserver la souveraineté de la RDC que le Président de la République a décidé de renoncer depuis hier à l’appui qui était attendu de la Monusco pour les opérations de désarmement forcé des FDLR. Pour tout dire, ces opérations qui ont bel et bien commencé, contrairement à ce que certains commentateurs en disent, vont être poursuivies jusqu’à bonne fin par les seules FARDC.

II.     Agissements et comportements de quelques diplomates en poste à Kinshasa

S’agissant du deuxième point de l’intervention du Président de la République axé sur les attitudes et comportements de quelques diplomates en République Démocratique du Congo, les diplomates ont été instamment priés de cesser de considérer la RDC comme un pays conquis ou une sorte de Far West où tout est permis.
Il a été rappelé que les interlocuteurs des diplomates dans un pays sont institutionnels et non des entités privées. Et qu’un diplomate ne peut, en aucune manière, se considérer d’une façon ou d’une autre comme acteur ou protagoniste dans un débat de politique intérieure, ce privilège étant réservé aux seuls nationaux.
Par ailleurs, il a fallu ramener à la surface le principe universel en vertu duquel seules les institutions politiques légitimes auprès desquelles ils son accrédités ont la charge des affaires de l’Etat congolais. L’Etat congolais, a martelé le Président Joseph Kabila, n’a jamais, et n’aura jamais, vocation à être cogéré avec un club de diplomates.

Les Congolais se souviendront que depuis l’année dernière, c’est la troisième mise au point du Numéro 1 congolais dans ce sens. Ce nouvelle mise au point a été faite en toute amitié car la RDC comprend bien la nécessité et l’utilité de ses relations avec ses partenaires. Il y a parmi ces derniers des amis sincères à l’égard desquels notre Président a exprimé toute sa gratitude pour avoir entre autres choses versé le sang de leurs enfants aux côtés de nos troupes dans nos efforts de pacification de l’Est de la RDC.

III. Divers

Dans ce chapitre des divers, je voudrais partager avec vous le plaisir de la réussite du Festival Amani qui vient de se dérouler sans anicroches à Goma, chef-lieu de notre province du Nord Kivu. Une célébration de la paix et de ses vertus à laquelle des jeunes de RDC, du Rwanda et du Burundi et d’autres venus d’autres pays ont participé pour exprimer leur confiance en l’avenir des peuples de la région des grands lacs, une région qui n’a cessé ces dernières années par des conflits sanglants et déstabilisateurs. Le Gouvernement de la RDC salue les organisateurs et tous les participants à cet événement culturel qui a été une véritable bouffée d’oxygène pour des populations martyrisées et se félicite de l’engagement des uns et des autres en faveur de la paix et de la cohabitation harmonieuse entre nos peuples.

Toujours à Goma, on a noté au cours de la semaine passée une décision exemplaire prise par la justice militaire qui a condamné à des peines de 20 ans de servitude pénale un groupe de 12 militaires des FARDC qui étaient poursuivis pour une infraction de coups et blessures ayant entrainé la mort d’un concitoyen dans cette partie de la République.
Cet arrêt de la Cour Militaire du Nord Kivu illustre bien le fait que les institutions publiques congolaises ne se croisent pas les bras face aux comportements répréhensibles de délinquants en uniforme qui, à l’instar de tous les autres délinquants, subissent les rigueurs de la loi.

Pour terminer cette partie introductive de notre entretien, je voudrais attirer votre attention sur le regard positif jeté sur l’évolution économique de notre pays par l’agence internationale de notation Standard & Poors. Cette agence estime que « les récentes évolutions économiques de la RDC lui valent le maintien des notes B sur le long terme et B sur le court terme avec perspectives stables ». « Cette note est justifiée par l’espoir de voir le stock de la dette rester à un bas niveau », expliquent les experts de Standard & Poors, ajoutant que « si les réformes dans la gestion des finances publiques sont correctement mises en œuvre, on pourrait assister à des améliorations, même si la situation restera globalement faible ». Il nous appartient de maintenir l’effort, en dépit des difficultés, pour pouvoir améliorer davantage notre situation économique.

Je vous remercie.

Les questions réponses (Q&R) sur cette vidéo


Lambert MENDE OMALANGA

Ministre de la Communication et Médias

Porte-parole du Gouvernement

 

Lire aussi:
Publicité

Laissez un commentaire