L’Homme qui Répare les Femmes, Extrait 11″ sur le Dr Mukwege

Le film « L’homme qui répare les femmes » – La Colère d’Hippocrate » consacré par le réalisateur belge Thierry Michel et la journaliste Colette Braeckman au gynécologue congolais Denis Mugwege est « catégoriquement interdit de diffusion » en République démocratique du Congo (RDC), a déploré mercredi le cinéaste qui comptait le projeter la semaine prochain à Kinshasa et puis à Bukavu (est de la RDC), qui abrite l’hôpital du médecin.

[youtube KxoOPPxzLPM]

13 réponses sur “L’Homme qui Répare les Femmes, Extrait 11″ sur le Dr Mukwege”

  1. Avant de quitter dans la situation morbide, on passe par prise de conscience et pas de conscience sans se dire au départ de vérité. Cette vidéo est pertinente pour les acteurs afin de recadrer leur tir dans la prévention pour que des événements similaires ne se reprennent.
    Bravo au Docteur d’avoir pensé à ce film

  2. Cette vidéo est déjà publiée à l’etranger, prière au gouvernement congolais de laisser faire au Congo et que chacun fasse l’examen de sa conscience. Nous sommes en contact regulier avec les survivants des violences et nous savons ce qu’est etre survivant des violences sexuelles. Laisser à la population congolaise l’ocasion de vivre ces atrocités peut nous aider à changer les mentalités des violeurs et des décidaires dans notre beau pays et ainsi contribuer à la bonne gouvernance. Que celui qui se sent morvé se mouche.

  3. Chers amis,

    Quelqu’un d’entre vous a-t-il vu une de ces femmes violées?

    Elles arrivent totalement détruites. Vagin, matrices, tout est déchiré. dans bien de cas, la vessie est fendue et déverse les urines dans l’appareil génital. dans d’autres cas, c’est le système colorectal qui verse les matières fécales dans Le vagin. et parfois, c’est à la fois les deux fuites d’urines et de matières fécales qui se retrouvent dans un organe initialement prévu pour concevoir et développer la vie.

    Alors, oui, le Docteur Mukwege répare les femmes. et non seulement physiquement.
    June fois violées, ces êtres sont rejetés par leur communautés, dépouillées à la fois par leurs agresseurs et par leurs familles qui éprouvent la honte de n’avoir pas pu les protéger.

    Docteur Mukwege a conçu in modèle qui restaure la dignité de ces femmes. c’est une prise end charge holistique sur 4 points: médical, psychosocial, juridique, et réinsertion socioéconomique.

    Et à cela, il a ajouté in programme de prévention de conflicts qui s’appelle Badilika. Il vise Le changement de comportment, de mentalités, et de pratiques pour une société où règne la justice, la paix, l’égalité DES chances et DES opportunités, bref les gages de stabilité et de développement.

    Mukwege est un grand homme pour l’humanité toute entire.

    Il a mis en place un système de réparation de la société, et nous l’appelons déjà Le réparateur de la nation.

    led distinctions qui lui ont été attribué de part Le monde Montreal qu’il est une valeur pour l’humanité. Un modèle invaluable pour Notre société en général et Notre jeunesse end particulier.

  4. courage au docteur. m le titre choisi par le cineastre n’est pas du tout facile a analyser. I’ll fallait choisir un autre mot a la place de » reparation »

  5. ce documentaire exprime la réalité vecue par les femmes dans mon territoire de Walungu notamment à Kaniola. Il a oublié les séquences sur les femmes enterrées vivantes. toutefois le titre semble trop péjoratif. La réparation des femmes ne donne pas le sens de l’humanisme du travail réalisé par le Dr Mukwege.Un autre terme pourrait être choisi à la place car quand nous lisons ce mot « réparation » nous y trouvons une certaine méfiance, dénigremant, et manque de considération envers non mamans et nos soeurs. Au lieu de réparation on pourrait dire sauver ou redonner espoir ou faire revivre. Hormis cet aspect, le reste des images est réel et vrai. Courage pour le travail de documentation et je dis merci au docteur Mukwege n’en deplaise au vautour qui ne veulent pqs entendre que la population est soulagee.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *